Série "Le Trône de Coco" - 1 épisode

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Série "Le Trône de Coco" - 1 épisode

Message  Archives nationales le Mar 16 Juin 2015 - 11:59

Après "Cellule 7", découvrez votre autre série exclusive sur Direct Prya: "Le Trône de Coco"!

Préambule: Prya, il y a maintes et maintes années, se trouvait au coeur de luttes entre Maisons princières qui se déchiraient pour obtenir la couronne qui permettrait à une Maison de dominer toutes les autres!



(Ceci est un vrai fauteuil en fibres de noix de coco, je précise, au cas où).

Tududu tadada tududududuuuuuu
(Imaginez la musique du générique de Games of Thrones).


Le Trône de Coco
Pollution is coming


Tout au nord de Prya, se trouve une immense construction qui protège le pays des assauts nordiques: la Grande Digue de Glace. Régulièrement, des sauvageons venant de contrées appelées Heydoran et L'Exploratrice viennent, à bord de leurs pirogues, se heurter à l'implacable muraille que forme la Grande Digue de Glace (Qui n'est pas en glace en fait, il fait chaud à Prya). C'est le territoire de la Palmeraie Noire, une armée millénaire qui protège Prya des dangers venus du nord, à la fois humains, mais aussi surnaturels.

Régulièrement, les Palmiers Noirs s'aventurent au nord de la Digue pour patrouiller et s'assurer que nul sauvageon ne vienne envahir le pays béni de Prya. C'est justement ce qu'est sur le point de faire Sieur Giclette de Paçaencore, un chevalier de la Palmeraie, accompagné de deux grouillots. Il convient d'être discret, car leur caravelle est loin de passer inaperçu et il serait bien malheureux de tomber sur des sauvageons qui n'auraient aucune hésitation à les étriper jusqu'au dernier. Des centaines d'années durant, Palmiers et sauvageons Heydoranés se sont massacrés, l'envie des seconds s'étant transformé en véritable haine pour les premiers.

Paçaencore vogua pendant plusieurs jours avec son maigre équipage. Bien entendu, comme il était de coutume, il s'adonnèrent à quelques jeux coquins, popularisés par certaines nations barbares d'au-delà des mers qu'on appelle les Îles Pyssoises. Toutefois, jouer à l'élastique n'était qu'un passe-temps et aucun d'eux n'oubliait leur véritable mission: ouvrir l'oeil et protéger Prya de tout danger. Soudain, un des hommes sonne l'alerte. Il a vu quelque chose. Le chevalier Paçaencore sort son arme et fait signe à ses compères de faire de même.

L'heure est au combat, les sauvageons sont là.

Mais ce ne sont pas des sauvageons.

Les entrailles des trois Palmiers se vident dès qu'il voit la Brume Noire s'étendre devant. Les légendes n'étaient pas des légendes ainsi. Ils existaient...

"LES MARRCHHEEEEEUUUUUURRRRS GRISÂÂTREEEEES" crie Paçaencore. Mais à peine sa bouche se referme qu'elle se réouvre dans un effort vain. Tel un poisson hors de l'eau, il ne cesse d'essayer d'happer la moindre bouffée d'air, mais il n'y en a plus. Il n'y a rien, plus d'air. Il s'étouffe. Que de la brume noire...Le chevalier s'effrondre et s'éteint, asphyxié.





Plus au sud, à Prya

Les murs de l'antique forteresse de Zantafell esquissent une gigantesque pieuvre. Nul ne sait si le premier architecte de la forteresse, Estefan, avait eu l'intention de dessiner avec ses murs cet entrelac qui représentait l'animal fétiche des Aquark. Cette pieuvre de pierre était connue de tous les habitants de Prya et sa taille l'avait rendu célèbre: nulle armée, aussi puissante fut-elle, n'avait jamais réussi à prendre Zantafell. Les assauts s'y brisaient comme d'inutiles vagues et si d'aventure, un bras de la pieuvre tombait, il en restait des dizaines à abattre. Submergés, étranglés par la multiplicité des bras de pierre, les ennemis devaient renoncer.

Esteban, Seigneur de Zantafell et Prince de la Maison Aquark, regarde ses enfants jouer entre eux. Ils se battent pour un rien et s'amusent pour si peu. Au premier abord, le Seigneur de Zantafell apparaît comme bourru et impassible. Mais, dans l'intimité, il est d'une rare chaleur. A Zantafell, les plaisirs sont tellement plus simples qu'à Port-Kaora. Eloignés de l'ambiance délétère qui y existe, les Aquark se sentent mieux près de la mer nourricière, dont ils ont tiré leur puissance, auprès de la Grande Digue de Glace. Certes il y a le danger de devoir suppléer la Palmeraie Noire en cas d'invasion des Sauvageons, mais il y a bien longtemps que ceux-ci n'ont rien tenté d'envergure.

C'est ainsi que les Aquark vivent, en famille, rendant la justice et vivant de petits bonheurs...

Mais la félicité ne dure jamais, les sages le savent bien, tout comme les Aquark. Le bonheur ne peut être éternel, sinon ce ne serait le bonheur. Tout doit avoir une fin.

Et le malheur frappe toujours. Ce jour-là, il prend la forme de deux pigeons voyageurs portant une noix de coco. Ces dernières sont utilisées pour transporter des messages. Il y a longtemps de longs débats eurent lieu pour déterminer si un ou deux pigeons étaient nécessaires pour transporter une noix de coco. L'expérience montra qu'il en fallait deux.

Le message esst clair. Le Roi arrivait à Zantafell! Et il ne venait pas seul, loin s'en faut.

Cela ne pouvait dire qu'une chose...Le pire allait arriver...


Le Roi de Prya, Grobert, Seigneur de Port-Kaora et Titulaire du Trône de Coco, était gros et mou, à force de manger des Dahus qu'il adorait chasser, tandis que son visage était le reflet de son second pêché mignon, la Vodkoko. S'il fut un grand guerrier par le passé, nulle n'en subsistait et chacun savait qu'il n'avait pas levé d'arme depuis la Grande Bataille (Qui vous sera contée plus tard, parce que hein...). C'était aussi le Prince de la Maison Paratonnerhéon, dont la capitale est Tinddalmie et un vieil ami de Esteban Aquark. Si l'accueil sembla tendu, c'était avant tout car ils ne s'étaient pas vu depuis de longues années et que la distance géographique crée souvent de la distance émotionnelle.

Pendant de longues heures, ils ripaillèrent, échangèrent de vieilles anecdotes sur les combats qu'ils avaient mené ensemble et les gueuses qu'ils avaient partagé. Et la bonne humeur était communicative, la bonne société de Port-Kaora se déridant au contact des êtres simples de Zantafell. Seule la Reine, elle, ne partageait pas ses sentiments et dardaient de sombres regards à tout ceux qui osaient lui adresser ne serait-ce qu'un coup d'oeil. D'aucuns savait qu'elle détestait être éloignée de Port-Kaora. La seule chose qu'elle détestait encore plus, c'étaient les Aquark.

Grobert et Esteban se promenèrent ainsi dans les jardins de Zantafell, discutant toujours de leurs vieilles histoires. Mais ce n'était là que faux semblants et politesse obligée d'un invité envers son hôte. La mauvaise nouvelle ne pouvait plus attendre:

- Esteban...Esteban, j'ai besoin de toi...
- Bien sûr, mon Roi! Je ferais tout pour vous!
- Esteban, les Glandehister deviennent de plus en plus présents. Ils sont partout autour de moi. Mon valet, ma femme, mes enfants, tous sont des Glandehister! J'ai besoin de quelqu'un de confiance...
- Mon Roi, je ne suis pas sûr...Je ne suis pas à la hauteur.
- Si Esteban...Tu le seras...Je veux que tu sois la nouvelle Eolienne du Roi!
- Je...D'accord, mon Roi! J'accepte l'honneur de devenir votre Eolienne, de protéger vos intérêts et ceux de Prya!
- J'aurais d'autant plus besoin de toi que de graves nouvelles m'arrivent de la Palmeraie Noire...La devise des Aquark va se révéler exact...Esteban, la Pollution vient...


Esteban avait été choqué des révélations de Grobert. Si la main-mise sur le pouvoir des Glandehister, cette engeance de rentiers et de feignasses, n'avait rien de surprenant, le retour de la Pollution l'était beaucoup plus. Certes il y avait bien eu quelques nappes polluantes qui avaient survolé Prya, mais depuis plusieurs centaines d'années, la vraie Pollution, la Brume Noire, n'avait plus atteint la contrée. Cependant, des signes précurseurs tendaient à prouver que le Roi ne disait que la vérité, comme ce Palmier Noir que le Seigneur de Zantafell avait dû punir il y a quelques semaines.

Nord de Zantafell
Quelques semaines auparavant


Un seigneur du nord de Zantafell avait fait appel à son Esteban, son suzerain. Ses hommes avaient mis la main sur un déserteur de la Palmeraie Noire. La désertion était sévèrement punie, à tel point qu'elle était fort rare.
Esteban avait donc emmené tout ses fils pour assister à l'exécution de la peine. Le pauvre bougre avait été attaché de telle façon qu'il avait les jambes écartées autour d'un billot. Position très inconfortable, mais la seule qui permettait de subir la sentence: le dénoyautage des noix du Palmier. Le Seigneur de Zantafell exécuta la peine, car, comme il le disait, celui qui prononce la sentence doit être celui qui l'exécute. Il avait donc pris son arme de prédilection: sa cuillère à melon et avait dénoyauté le bougre qui, comme cela était évident, n'apprécia guère la peine.

Cette désertion avait perturbé Esteban Aquark. En effet, connaissant la sentence, seuls les fous osaient déserter la Palmeraie. Oh, il y avait bien eu quelques types un peu effeminés, de vrais Zozos, qui avaient déserté pour, euh, "changer de vie", mais ils étaient encore plus rares que les déserteurs. Or, celui-là n'avait eu l'air ni d'un fou, ni d'un déserteur, ce qui ne cessait d'intriguer le Seigneur de Zantafell. Ce devait être un signe, mais un signe de quoi?



A la lumière des dernières révélations, la désertion de celui qui s'appelait Jean-Claude et qui s'appelait désormais Sapphesse prenait tout son sens.

Esteban avait besoin de méditer et de réfléchir. Le seul endroit où il pouvait le faire, alors que Zantafell était en proie aux festivités inhérentes à la venue du Roi et de sa Cour, était auprès du Palmier Sacré, un arbre centenaire qui produisait des noix de coco gigantesques. Esteban croyait, jusqu'aux tréfonds de son âme, à la toute-puissance des Palmiers Sacrés. Ils étaient là avant les hommes et seraient là après eux, ils avaient vécu tellement plus d'aventures que les hommes, avaient vu mille choses, des Marcheurs Grisâtres en passant par les Dragons Angmariens. Esteban, s'il avait bataillé aux quatre coins de Prya durant sa vie, ne vivrait jamais autant d'aventures.

La situation était critique. Le Roi lui demandait de devenir son Eolienne. Une charge déjà épuisante lors des jours heureux. Mais, aujourd'hui la tâche semblait insurmontable: Esteban serait en opposition constante face aux Glandehister qui noyautaient toutes les strates du pouvoir à Port-Kaora. Il craignait que Prya s'épuise en conflit interne, entre Aquark et Glandehister, alors même qu'un péril noirâtre et étouffant se répandrait insidieusement à Prya, venant du nord.

Ses réflexions furent interrompues par l'arrivée en trombe d'un de ses fils, Jean-Kevin-Brandon:

- Père, Père, venez voir ce que nous avons trouvé!
- Du calme, mon fils. Qu'avez-vous trouvé?
- Venez, vous dis-je, venez!


Esteban ne s'offusqua pas de la brusquerie et de l'impolitesse de son fils, il y était habitué. C'est donc sans dire un mot de plus qu'il le suivit jusqu'à une petite plage au nord de Zantafell.

Là, échoués sur le sable, se trouvaient plusieurs pieuvres gigantesques. Elles étaient d'une taille peu commune, surtout qu'à première vue, il ne s'agissait là que de bébés pieuvres. Autour d'elles se trouvaient tous les enfants d'Esteban qui, avec des petits seaux, aspergeaient les pieuvres avec de l'eau pour éviter qu'elles ne meurent. Un peu plus loin, il y avait le bâtard qu'Esteban avait eu avec une servante venant d'une lointaine contrée appelée Yadür et qui avait hérité des mauvais gènes maternels, vu qu'il s'amusait à faire des chateaux de sable avec un air idiot lui barrant la tronche.

- Père, Père, peut-on les garder?
- Mais...Euh...Ce sont des pieuvres...Ça servirait à quoi de les garder?
- Père, les Pieuvres sont les animaux des Aquark! C'est un signe, nous devons les garder!
- Vous êtes conscients qu'il va falloir construire des aquariums géants, les transporter partout avec vous et que ce sont des pieuvres, donc des animaux cons comme des balais qui ne vous aimeront jamais et ne vous serviront à rien?
- Oui, oui, oui, on veut les garder!


Pendant quelques instants, Esteban se demanda si sa femme ne venait pas elle aussi de Yadür.

- Très bien, vous pouvez les garder. Mais vous les nourrirez et vous les laverez vous-mêmes...Euh, attendez, je ne crois pas que vous ayez à les laver...
avatar
Archives nationales
Mémoire de Prya

Messages : 135
Date d'inscription : 15/06/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum