Au siège du Parti Travailliste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au siège du Parti Travailliste

Message  Paul Pathyne le Ven 24 Mar 2017 - 16:49

Antoine Landéry était à la tête du Parti de la Justice et du Progrès et la liste qu'il avait menée lors de la précédente élection avait obtenu un score intéressant et 6 sièges au Sénat. Depuis, Peyranne avait fondé son parti et de nombreux militants PJP, dont la sénatrice Geneviève Herbert, déçus de l'alliance avec le centre et les libéraux, avaient quitté le parti pour rejoindre le leader merksiste.

Le parti avait alors opéré une refondation, pour se rapprocher de son électorat, et se faisait désormais appeler le Parti Travailliste. Le parti pouvait s'enorgueillir d'avoir deux représentantes de poids au gouvernement, Suzanne Destier à la Chancellerie et Saskia Séborova, qui était Ministre de l'Économie.

Après sa refondation, le Parti Travailliste avait attiré à lui des personnalités civiles, des pointures dans leur domaine. Dominique Sillard-Guérin était un économiste de renom. Marielle Destriveaux était une écrivaine, très impliquée dans la lutte pour les droits des homosexuels.

Landéry décida de mettre ces personnes sur le devant de la scène, elles défendraient le programme du parti dans les médias et donc, elles figureraient en bonne place sur la liste qui serait proposée aux électeurs.
avatar
Paul Pathyne

Messages : 1410
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au siège du Parti Travailliste

Message  Paul Pathyne le Mer 5 Juil 2017 - 14:29




Antoine Landéry était songeur.

Il était évidemment déçu du score des travaillistes à la sénatoriale et il se dit qu'il n'avait pas été très inspiré le jour où il avait eu l'idée de confier la tête de la liste à la Chancelière de Falaise.

Aujourd'hui, Peyranne était le mieux placé pour être Chancelier, en dépit de la profonde inimitié qui régnait entre lui et le Prince-Padishah. Plusieurs mois auparavant, Paul Pathyne avait en effet songé à interdire le merksisme-luninisme à Mézénas mais les Mézènes ne l'avaient pas suivi et avait rejeté cette idée lors d'un référendum.

Landéry avait deux options : soit il se montrait intransigeant avec le leader du PGO car sans la participation des sénateurs travaillistes, Peyranne n'aurait pas de majorité, soit il se montrait au contraire conciliant et facilitait ainsi la mise en place d'une coalition strictement de gauche (ce qui était de plus le désir d'une grande partie des électeurs travaillistes), mais dans ce cas, la Chancelière qui préfèrerait sans doute une coalition de centre-gauche devrait passer à la trappe.

Cette dernière étant au Skotinos pour le sommet de la LEM, il se dit que s'il décidait de retenir la deuxième solution, les circonstances lui étaient favorables.

Landéry n'avait aucun goût pour les trahisons en politique, mais il était avant tout le Secrétaire Général du Parti Travailliste et le job qu'on lui avait confié était d'amener les idées de son parti au pouvoir. Convaincu d'être dans son bon droit et même s'il savait déjà que ça jetterait un froid entre lui et De Falaise, Landéry prit son téléphone et appela Peyranne afin de convenir d'un rendez-vous.
avatar
Paul Pathyne

Messages : 1410
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum