La Gazette De Kaora - Articles du mois de Janvier 2018 -

Aller en bas

La Gazette De Kaora - Articles du mois de Janvier 2018 -

Message  Max Morton le Mar 2 Jan 2018 - 17:12

Comme nous vous l’annoncions le mois dernier notre journal ferme la page du papier et sera désormais principalement numérique. Vous retrouverez chaque mois un nouveau fil d'articles aussi variés que dans nos éditions papier. Et nous ouvrirons prochainement des rubriques médias et réseaux sociaux, ceux-ci étant devenus incontournable à Prya.

Nous vous rappelons aussi l'ouverture de notre compte Twitter @Lagazettekaora.

Nous vous souhaitons une bonne lecture avec nos deux premiers articles sur notre plateforme numérique.

Max Morton & Gontran de la Pochepercée,
Co-rédacteurs en chef de LGDK
avatar
Max Morton
Ministre des Affaires Etrangères

Messages : 1160
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 38
Localisation : Tindali, Prya

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Gazette De Kaora - Articles du mois de Janvier 2018 -

Message  Max Morton le Mar 2 Jan 2018 - 17:14

Mardi 2 janvier 2017, 17h14


Politique : Loic Dempsey remplacé par Nick Bell au ministère de l’intérieur.


Ce fut la surprise du dernier jour de campagne des législatives anticipées, comme nous vous l’avions annoncé le président Twyman a révoqué le ministre de l’intérieur Loïc Dempsey samedi 30 décembre dans la matinée.
La surprise vient aussi du fait qu’il n’aura pas attendu les résultats du scrutin, au vu du résultat il semble detoute façon que l’annonce soit passée dans l’indifférence générale.
Pourtant aucune raison officielle n’a été donnée sur le limogeage du ministre qui fut remplacé dans la journée par un illustre inconnu, Nick bell. Là encore aucune explication sur le choix de cet homme qui comme son prédécesseur n’a aucune feuille de route et semble avoir été nommé simplement pour faire de la figuration et de la gestion administrative. Ce qui pose la question de telles nominations. Twyman souhaitait-il tout simplement garder des politiques du PLP dans son gouvernement ? Probable. Néanmoins la méthode est déroutante puisque jamais il n’aura communiqué sur ce remplacement et que le ministre de l’intérieur n’est porteur de rien. Aucun projet, aucun dossier.

En coulisse il semble que le renvoi du ministre Dempsey soit du à une incompatibilité d’humeur avec le ministre de l’économie, William Grayfall. Ce dernier n’aurait pas supporté le travail de Dempsey et aurait pu influer sur la décision de renvoyer Loic Dempsey.
Gontran de la Pochepercée

Politique : Dissolution de l’assemblée, Twyman gagne son pari. Et après ?


Mis à part le RAP, grand perdant de cette élection et le PCP en léger recul tout le monde semble avoir gagner dans ces législatives. En premier lieu le président Twyman qui double le nombre de députés PLP à l’assemblée avec 144 sièges, remporte la province de Zantavia avec le nouveau gouverneur élu Graygal Bortshyne mettant à mal son principal opposant, le RAP.
L’UF sera aussi la surprise de cette élection, remportant deux provinces Tindali et Tétaou ainsi que 131 députés, doublant ainsi sa présence à l’assemblée par rapport au mois dernier.
Dernière surprise, la présence d’un groupe indépendant que l’on peut qualifier de « fort », avec 97 députés les listes menées par le duo Duvalon/Grayfall que l’on attendait fait donc un percée dans l’hémicycle.
Le PCP, connaît un léger recul avec 1 sièges, le PMM sera en progression profitant sûrement de l’absence du PMLP et le RAP termine avec 12 sièges.
Il faut néanmoins noter qu’il n’y avait que 7 listes candidates contre 9 lors de la précédente élection et qu’une des listes présentes n’a eu aucun élu. Ce qui dégageait aussi la voie pour les partis présents.

Devenu majoritaire à l’assemblée le président Twyman gagne une certaine légitimité dans le pays, ce n’était pas gagné après un début de mandat difficile et la dissolution était un pari risqué qui aurait pu se retourner contre lui, même s’il partait de très bas en terme de présence à l’assemblée.
Il va devoir désormais composer avec un groupe indépendant formé par deux de ses ministres qui  aurait pu former une majorité présidentielle, mais selon Arthur Duvalon ce ne sera pas automatique si l’on en croit ses propos en conférence de presse : « je peux être amené à porter un projet de loi en accord avec la présidence, mais également au nom du groupe indépendant. Allons...Je vous donne un scoop...Si priorité il doit y avoir, ma priorité ira à mon groupe de députés ».

Il ne serait pas étonnant que l’alliance Duvalon/Grayfall soit un moyen de peser sur la politique du président, les deux hommes sortent renforcés de ce scrutin et leur voix dans le gouvernement aura davantage d’impact avec un tel groupe. D’ailleurs le gouverneur de Siango est resté flou en répondant à nos confrères de Directe Prya :
« notre projet se veut indépendant des grands courants politiques. Je ne suis donc pas plus de droit que vous êtes quelqu'un d'intelligent. J'agis pour mon pays, Monsieur Grayfall également, ». un projet indépendant aussi flou que le cap du président pour le pays.

En cas de défection de ses ministres, Twyman devra donc jouer l’équilibriste avec l’Union Fantispaise qui semble en attente d’annonces du président comme le pays, même si il semblerait que l’UF n’attendra pas le gouvernement pour proposer ses propres textes raconte t-on en coulisses.

Cependant pour le moment le président semble bien avoir retrouver le « second souffle » tant espéré mais rien n’est encore gagner. Il semble réagir à des élements de communication mais ne parles de rien quand à ses choix politiques, que ce soit sur le changement récent du ministre de l’intérieur, mais aussi et surtout sur ce « second souffle », qu’est ce que le président a en tête pour la suite de son mandat, a t-il un cap ? Ou comme le montrerais la récente nomination de monsieur Bell à l’intérieur il ne serait finalement qu’un fonctionnaire chargé d’administrer le pays jusqu’à la fin de son mandat ? Ce manque de communication pourrait lui porter préjudice et surtout il ne laisserait à la fin de son mandat qu’un bilan inexistant.
Gontran de la Pochepercée

Zones de commentaires accessibles ici-même (cliquez sur ce lien).
avatar
Max Morton
Ministre des Affaires Etrangères

Messages : 1160
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 38
Localisation : Tindali, Prya

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Gazette De Kaora - Articles du mois de Janvier 2018 -

Message  Max Morton le Lun 8 Jan 2018 - 12:42

Lundi 8 janvier, 12h42

JMO d’Hiver 2018 : Mauvais perdant/mauvais gagnant même combat !

Le 4 janvier 2018 sera une date qui comptera pour la province de Tétaou. 13 ans après avoir remporté les JMO de 2005 elle remporte une nouvelle fois l’organisation des JMO, d’hiver cette fois ci ! Une nouveauté pour les pryans plutôt habitués aux sports de plages.

Une surprise qui ne surprendra peut-être qu’un court moment puisque à la tête de la candidature pryanne se trouvait Julio De Fortia. Célèbre entrepreneur fantispais, fin politique et surtout grand amateur de sports en tous genres. Il aura porté une candidature de qualité comme il l’avait déjà fait en 2005, mettant un point d’honneur à travailler avec toutes les sphères de la société pryanne, société civile, entrepreneurs, politiques il aura travaillé avec tous quelque soit les différents politiques qui pouvaient l’opposer parfois à l’exécutif notamment.

Malgré son travail il aura aussi eu à subir le courroux d’opposants qui auront rapidement propagé de fausses rumeurs de plagiat sur le dossier pryan. Des rumeurs infondées à laquelle il aura eu une forme d’élégance à répondre en diffusant le projet réalisé pour Tétaou 2005. Un dossier de qualité aussi, mais cela n’aura pas mis fin aux accusations douteuses le concernant.

Alors que la situation aurait pu en rester là et que les pryans auraient pu simplement célébrer la victoire à leur manière, ils ont préféré perpétuer le climat délétère qu’a connu le CMS durant le vote.
Tout a commencé par un tweet contenant une courte maladresse :
https://twitter.com/Scanthel_CSH/status/946153514199330816

le message pouvant laisser penser que les pryans ayant déjà eu les JMM (ndlr : JMO d’été) en 2016 il serait bon de laisser la place aux autres.
Une ambiguïté immédiatement relevé par le ministre des affaires étrangères pryan qui annoncera qu’il déposera une réclamation auprès du CSM (annonce restée sans suite), puisque à ses yeux ce message pourrait influencer les votes.

A partir de cette annonce les relations cordiales et chaleureuses se sont dégradées, en particulier quand l’ensemble de l’exécutif pryan, à l’exception du ministre des sports Matthias Renlow, a décidé d’entrer dans la mêlée et de prendre parti en attaquant frontalement la CSH et son CMO local, lui même n’hésitant d’ailleurs par à répliquer par les fausses accusations de plagiat notamment.
Mais le président Twyman et les ministres Duvalon (AE) et Grayfall (Economie) semblent avoir perdus tout sens des réalités et surtout des bonnes relations qui unissaient alors Prya et la CSH par une série de déclarations dignes d’une association de supporters de football et peu digne des fonctions qu’ils occupent.
On peut trouver par exemple :
https://twitter.com/Arthur_Duvalon/status/946377771147816960

https://twitter.com/Arthur_Duvalon/status/949276767403085829

https://twitter.com/WilliamGrayfall/status/946499775075176448


https://twitter.com/WilliamGrayfall/status/949334653156184065

https://twitter.com/LukasTwyman/status/949781741530644482

Des messages qui n’ont pas été dans le sens d’un apaisement alors que la victoire de Tétaou aurait du donner lieu à une remise à zéro des compteurs puisque finalement le message qui révélait une ambiguité n’aura eu aucune influence, nhi les accusations infondées de plagiat qui n’auront jamais été démontré par la presse Scanthéloise.
D’ailleurs la situation s’est envenimée non pas du fait du gouvernement de la CSH, mais de la presse qui ne s’est finalement fait peut-être qu’un relais de l’opinion de la population de la CSH, comme cela aurait peut-être été le cas à Prya en cas de défaite.
Ainsi le gouvernement pryan a préféré mettre à mal une amitié de longue date pour un évènement qui est sensé rassembler les micronations, à croire que l’amateurisme du président Twyman a déteint sur ses ministres Duvalon et Grayfall pourtant habitués tous deux à occuper des fonctions de premier plan. De plus au vu de la dernière campagne législative pryanne le président Twyman est plutôt mal placé pour critiquer la presse, lui qui a fait diffuser en quelques heures un maximum d’interview des membres de son parti par un journaliste à sa botte dans le but de promouvoir sa campagne -creuse d’ailleurs puisque à ce jour on ne sait toujours pas ce qu’il veut faire à part toucher son salaire de président -.

Pour le moment on peut se demander de quelle manière pourront se réchauffer entre les deux nations historiquement amis, en particulier quand William Grayfall demande que le téléphone vert soit coupé.

En attendant, il est évident que les tords sont partagés et que les gouvernements n’ont pas été à la hauteur, rappelons que le CSM est sensé laissé à l’extérieur la dimension politique, celui-ci aurait pu taper du poing sur la table pour rappeler à l’ordre les candidats.
Pour le bon déroulement du sport, il faut espérer que cette situation ne perdurera pas, les JMO sont un signe de collaboration de rapprochement entre les nations, un symbole que les nations du micromonde quelques soient leurs différences peuvent vivre et travailler en paix. Une politique que défendent Prya et la CSH toutes deux ferventes défenseuses  de la paix et ce depuis des années. Et de par leur attitude les acteurs politiques auront ainsi montrer les limites de leur pacifisme de part la violence des échanges en particulier de la part de membre du gouvernement. Une attitude qui n’est pas anodine et qui pourrait bien avoir une influence sur les futurs dossiers internationaux. Vu le ridicule de la situation il n’est pas évident que la CSH et Prya sortent indemne de cette « crise ».
Max Morton



Zones de commentaires accessibles ici-même (cliquez sur ce lien).
avatar
Max Morton
Ministre des Affaires Etrangères

Messages : 1160
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 38
Localisation : Tindali, Prya

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Gazette De Kaora - Articles du mois de Janvier 2018 -

Message  Max Morton le Jeu 18 Jan 2018 - 20:37

Jeudi 18 janvier, 20h37



Interview Jerome Plassel, nouveau président de la république d’Ostaria.
Interview Menée par Max Morton



Jerome Plassel est le nouveau président de la République d’Ostaria. Après une année 2017 compliquées pour son pays il est l’espoir de bon nombre d’Ostariens qui ont souffert de la crise que le pays a connu. Élu le 8 janvier avec 63,2 % des voix et avec un programme ambitieux il a accepté de répondre à nos questions.

Max Morton : Bonjour monsieur le président. Merci d’avoir accepté cette interview. Vous venez d’être élu président de la République d’Ostaria avec 63 % des suffrages une victoire conséquente. Pour Ostaria vous êtes un visage très connu, avant cette élection vous avez été le chef du gouvernement provisoire, une période ou vous avez été particulièrement actif en promulguant de nombreux textes sur l’organisation de l’État. Mais peut-être qu’à l’extérieur de la République votre notoriété est moindre pour le moment. Pourriez vous nous dire d’ou vous venez, qui vous êtes et ou vous vous situez sur l’échiquier politique ?

Jerome Plassel : Merci pour votre invitation. Je suis né à Brignal, une ville de 200 000 habitants en Aupagne, région très agricole, au sud d'Ostaria. Je suis, ou plutôt, j'étais, professeur de français dans un établissement de l'enseignement secondaire. Le 18 novembre 1995 précisément, j'ai adhéré à une organisation clandestine, le Mouvement pour l'Instauration de la République, ou MIR - que l'on appelait, entre nous, la "rime", pour ne pas que l'on ne nous surprenne à comploter contre la monarchie. Comme vous le savez sûrement, à cette époque, Ostaria était une monarchie absolue, mais, peu à peu, l'opposition au régime s'est étoffée. À partir de l'an 2000, j'étais chargé de l'organisation des réunions secrètes du mouvement auquel j'appartenais, une tâche plus difficile qu'elle n'en a l'air. Bien sûr, il ne s'agissait pas de l'unique mouvement existant, car il existait des réseaux merksistes, socialistes, libéraux ... Il y avait des liens entre nous, nous nous connaissions et nous côtoyions parfois, mais notre plus grande faiblesse était de ne pas nous être unis pendant un temps ... Le MIR était largement peuplé de centristes étatiques, si je puis dire. En 2003, j'étais devenu le président du mouvement. Et je dois le dire, ma plus grande fierté est d'avoir réussi la collaboration entre certains de ces résistants, notamment les libéraux, au sein de la Force Républicaine, ou encore quelques socialistes du Front Social-Républicain. J'ai rencontré des gens qui sont devenus très célèbres, qui ont réussi à gagner mon respect. Par exemple, j'ai longtemps côtoyé Christian Duroux, qui a été à mes côtés de juillet à septembre, et j'ai fait la connaissance de François Dickson, le futur président de la République provisoire, ou même, chez les libéraux, Pierre Jourdan ... Mais, le revers de la médaille était que des espions du roi ont eu des facilités à arrêter certains d'entre nous, moi-même, en octobre 2007 ... Je suis resté un peu plus de 8 ans en prison, avec d'autres républicains, et j'ai été libéré lorsque, le 18 janvier 2016, la République fut proclamée et que l'Assemblée avait désigné un président provisoire. Finalement, j'ai décidé de ne pas redevenir professeur - emploi que j'avais évidemment perdu lorsque j'étais en prison - et ai fondé Debout Ostaria. Je me suis présenté à la mairie de Brignal et ai été réélu maire par la suite. Je suis devenu Ministre du Développement Durable et ai rédigé les premières lois sur l'environnement, au sein d'un gouvernement de droite, mais l'ai finalement quitté lorsque Mme Picvaux - le Premier Ministre de l'époque - a décidé de porter à l'Assemblée Nationale un projet de loi interdisant la formation de plus de cinq partis politiques, qui a très justement été surnommé par après "loi des 5 partis". Malgré un recours à la Cour suprême, qui n'a pas donné de suite, je me suis lancé dans la course de la présidentielle en juillet 2016, et ai fini troisième avec, de mémoire, 27 % des voix. Nicolas Barouel, nouveau président de la République dès lors, n'avait pas tenu sa promesse de supprimer la loi et Ostaria est tombée en flémingite. En septembre 2016, François Dickson, revenu provisoirement à la tête de l'État, a décidé de former un gouvernement d'union nationale, en me nommant Premier Ministre. Lors des élections législatives qui ont suivi, j'ai porté une grande coalition, Partis Libres !, contre la fameuse loi des 5 partis, mais j'ai malheureusement failli à quelques centaines de voix près. Finalement, le Premier Ministre a accepté, pour former une majorité, de céder l'organisation d'un référendum sur ce point, qui supprimera finalement largement cette loi, quelques mois plus tard. En janvier 2017, à l'élection présidentielle, j'ai gagné l'élection présidentielle contre François Dickson à 52 % des suffrages, si ma mémoire ne me trahit pas, mais ai échoué aux élections législatives qui ont suivi. J'ai finalement été réélu en avril 2017 et, après un référendum, ai mis en place une nouvelle Constitution, que l'on a nommée celle de la IIndeRépublique. Les coups d'État monarchiste et merksiste de juillet 2017 m'ont obligé, bien que continuant la lutte, de quitter le territoire national. En septembre, j'ai été de ceux qui n'ont pas accepté la tentative de dernière chance de Tommen Delfrous de maintenir la royauté et le parti républicain, le mien, est arrivé en tête aux élections législatives. Prétextant une abstention trop forte, le roi a décidé de dissoudre l'Assemblée Nationale. Mais, arrivant à nouveau en tête, il a été obligé d'accepter mon élection au poste de Premier Ministre. Vous connaissez évidemment la suite.
Ma position sur l'échiquier politique ? Je ne veux pas de cela, je veux être le président de tous les Ostariens, quels qu'ils soient. J'approuve les politiques sociales, tant qu'elles ne sont pas de l'assistanat. J'approuve les politiques libérales, tant qu'elles ne témoignent pas du laissez-faire. J'approuve les politiques progressistes, tant qu'elles ne bouleversent pas la culture ostarienne. J'approuve les politiques conservatrices, tant qu'elles n'inscrivent pas notre pays dans une conception archaïque du monde.

Max Morton : Comme je le disais, vous avez été chef du gouvernement provisoire à la chute de la Monarchie. Est ce que la période de la monarchie est derrière vous maintenant ? Le referendum mettant fin à ce régime avait été marqué par une forte abstention. Malgré ce que l’on pourrait un manque d’engouement, la situation est stable ? Et Y'a t-il encore des marques des événements difficile qu'a connu votre pays ?

Jerome Plassel : Évidemment qu'il en reste des marques ! Je veux être pour notre pays le président de la reconstruction. Je veux être celui qui permettra d'effacer ces marques, sans les oublier !
Pour ce qui est de l'abstention, on peut certes parler d'une faible participation par rapport aux autres pays du micromonde, mais, en comparant aux scrutins qu'il suivait, il s'inscrivait dans une forte amélioration ! Souvenez-vous que, lors des premières élections législatives d'octobre 2017, la participation ne s'élevait qu'à 38 % ! 51 % me semblait encourageant, d'autant plus que la question ne faisait pas débat, et tout le monde s'attendait au résultat, à près de 80 %. Beaucoup d'électeurs se sont sans doute abstenus en pensant leur geste inutile. Cela est déplorable, mais compréhensible. Et je dois vous rappeler également que, lorsqu'il a été question de mon projet de Constitution - qui n'était pas gagné d'avance, même s'il a été approuvé à 65 % -, la participation avait atteint un record de 76 % ! Plus encore : aux dernières élections municipales, elle a bondi à presque 98 % ! Cela montre un intérêt croissant pour le vote, et un engagement de même.

Max Morton : L’académie Francovare a remis le prix de la paix à Jeffrey Delfrous, justifiant ce prix par : « Bien que désormais Franco-ostarien, Joffrey Delfrous est recompensé pour son role en tant qu'ancien chef d'état ostarien.Devenant Roi après l'assassinat de son père, il va immédiatement se mettre au service de sa nation et vouloir la pacification d'Ostaria malgré le fait qu'il hérite de la totalité des pouvoirs. Il va contacter le régime républicain en exil et se mettre d'accord avec lui pour mettre en place un régime monarchique constitutionnel totalement démocratique. »
Comment cela fut t-il reçu dans votre nation ?

Jerome Plassel : Je n'ai pas à critiquer les choix de l'académie francovare. Tommen Delfrous n'a engagé de pourparlers que parce qu'il avait connaissance de notre volonté de lancer une vaste opération de remise en place de l'ordre, et qu'il se savait menacé à l'intérieur : je vous rappelle que son père venait de mourir devant lui ! Il fallait bien qu'il protège son régime.

Max Morton : Pour en revenir à vous, votre programme sur lequel vous avez été élu est ambitieux avec des priorités sur la justice, l’éducation et l’économie. Ces volets sont la marque d’une volonté de donner plus de liberté aux Ostariens. Comment voyez vous Ostaria à la fin de votre mandat, et par quoi allez vous commencer ?

Jerome Plassel : Écoutez, monsieur Morton, nous avons beaucoup de travail et nous nous y mettrons aussitôt. Moi et mon gouvernement préparerons les réformes de grande ampleur et les plus urgentes dans le contexte actuel avant de se consacrer à d'autres mesures nécessaires pour notre pays. Pour ma part, je me rendrai bientôt chez les alliés qui n'ont pas trahi Ostaria afin de réaffirmer notre amitié que la guerre civile n'aura pas trahie.
À la fin de mon mandat, j'aimerais qu'Ostaria soit la preuve que l'on peut se remettre de tout, y compris des crimes les plus atroces, qui ne doivent cependant pas être oubliés et seront punis conformément à la loi. Il faudra que des mesures garantissent sa sécurité et sa stabilité, tout en permettant un essor législatif du pays afin de faire de la place d'Ostaria dans le micromonde un statut autre qu'une petite nation manipulable à sa guise.

Max Morton : Dans votre programme, il est aussi mentionné dans le volet international que « les grandes puissances micromondiales en ont profité pour instrumentaliser la crise ostarienne au profit de leurs propres politiques nationales pour détourner l'attention de l'ONA du sort d'Ostaria pour s'intéresser à de prétendus crimes de guerre yssois. » Y a t-il un fort ressentiment des Ostariens envers l’ONA, que vous pourriez quitter d’ailleurs à moyen terme puisque vous préconisez d’en devenir un membre observateur ?

Jerome Plassel : Oui, en effet. Ce que nous savons, c'est que les troupes monarchistes étaient soutenues par un grand nombre de mercenaires étrangers. Nous savons que certaines nations ont apporté un grand soutien militaire comme financier contre le gouvernement légal. Je demanderai bientôt la reconnaissance de ces crimes d'ingérence et de soutien d'organisations terroristes sur notre territoire.
L'ONA a montré sa faiblesse en se révélant incapable de fédérer les nations du micromonde en un seul camp, mais en détournant le véritable problème. Je regrette que l'ONA n'ait pas pu assurer un soutien plein et entier à la démocratie ostarienne et qu'elle ait pu permettre l'installation de gouvernement fantoches sans la moindre légitimité. Pour cette incapacité, nous souhaitons nous tenir temporairement à l'écart de l'ONA. Mais il ne s'agit en aucun cas d'une sortie de l'organisation.

Max Morton : Votre programme condamne les « Etats qui se seraient servis de  la crise ostarienne à leurs profits » Quels sont ces états ? La page des événements de cet été avec la tentative de putsch Yssois à l'ONA n'est pas refermée ?

Jerome Plassel : Il n'est pas question d'Ys ici. La question est l'organisation d'États satellites à la merci de puissances micromondiales sur le territoire ostarien. La page ne pourra pas être tournée tant que les nations qui ont participé aux lourdes conséquences que la crise ostarienne a eu lieu - des milliers de morts -, ne l'auront pas reconnu.

Max Morton : Toujours sur l’international, votre pays a connu une année 2017 difficile, c’est aussi le cas au Kolozistan, quel regard avez vous sur les évènements qui s’y déroulent actuellement ?

Jerome Plassel : J'assure un soutien entier au gouvernement légal, bien que celui-ci n'ait pas pu l'assurer à la République d'Ostaria durant la guerre civile, car j'ai du respect pour le peuple kolozistanais. Je dénonce la prise de pouvoir illégitime d'organisations terroristes et espère qu'en aucun cas leur survie ne puisse être aidée par d'autres puissances comme ce fut le cas il y a peu chez nous.

Max Morton : Récemment le CSM a attribué les JMO 2018, Ostaria participera t-elle à ces jeux ? Et qu'avez vous pensé de la crise entre la CSH et Prya qui a découlé de l'attribution de ces jeux ?

Jerome Plassel : Ostaria s'étant reconstituée et affirmée comme une nation souveraine, nous y participerons. Je ne commenterai pas longuement cet événement dont vous parlez, mais je pense que l'esprit des JMO est la paix et la coopération internationale. Et c'est cette valeur que nous souhaitons faire perdurer en y prenant part.

Max Morton : Désormais élu confortablement et au premier tour, le temps de la formation du gouvernement est arrivé, quel type de gouvernement souhaitez vous former ? Le premier ministre est issu des rangs du MUR, votre parti. Mais allez vous laissez une place à une ouverture à d'autres partis ? Je pense à monsieur Juvigny, qui n'était pas attendu dans cette campagne. Ou bien une ouverture est exclue ou en attente des législatives qui se préparent ?

Jerome Plassel : Je vais prochainement annoncer la formation de mon gouvernement, qui ne sera pas formé selon de simples appartenances partisanes, mais en fonction de réelles qualifications. Nous ne fermerons pas le gouvernement et accorderons des ministères à des personnalités qualifiées qui connaissent leur domaine, même si elles n'appartiennent pas au Mouvement Uni pour la République. Tous les projets raisonnables sont les bienvenus. Malheureusement, le peu de convergence avec M. Juvigny ne nous permet pas de lui proposer d'entrer au gouvernement, car je juge ses positions trop radicales et son discours, trop proche de celui que tenaient il y a peu les merksistes.
Max Morton : Merci pour votre temps monsieur le président




Zones de commentaires accessibles ici-même (cliquez sur ce lien).
avatar
Max Morton
Ministre des Affaires Etrangères

Messages : 1160
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 38
Localisation : Tindali, Prya

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Gazette De Kaora - Articles du mois de Janvier 2018 -

Message  Max Morton le Mar 23 Jan 2018 - 12:49

Mercredi 23 janvier, 12h49

Sommet de la LEM : les priorités de Twyman sont dans la présidente armaréenne.

Alors qu’un sommet important de la LEM a commencé le samedi 20 janvier 2018 en Francovie il semble que le président pryan ne soit pas totalement concentré sur sa tâche. Pour preuve l’impréparation du président rappelé à l’ordre par des membre de son gouvernement sur les enjeux du sommet, mais aussi par la douteuse organisation logistique de la délégation pryanne. La cause ? Selon certaines sources et certains éléments le président serait tombé sous le charme de la présidente armaréenne, une info communiquée par un ex-journaliste de l’echo de Siango, aujourd’hui blogueur indépendant qui suit la vie politique pryanne.

Une information dont certains éléments pourraient confirmer la véracité. Dans un premier temps rappelons que tout a commencé lors d’une visite d’Etat qui aurait pu rapidement dégénérer. La présidente d’Armara, pays candidat à l’entrée dans la la LEM, est venu en visite voir le président Pryan pour renouer des liens après les conflits passés entre les présidences Duvalon/Horton.
D’ailleurs pour montrer sa bonne foi la présidente à décidé de lever les poursuites contre l’actuel MAE pryan. La visite a pourtant commencé difficilement puisque le président Twyman n’a pas accueilli la présidente à l’aéroport laissant attendre son homologue de longues heures avant que ce soit son ministre des sports, Mathias Renlow, qui lui sauve la mise en accueillant la dirigeante jusqu’au palais présidentiel.
Le coup de foudre fut ensuite immédiat semble t-il, le président congédia le ministre des sports le sourire aux lèvres déclarant selon un employé du palais présidentiel :
« Bien, merci Mathias, je voudrais maintenant parler seul avec la présidente  Smile »

A partir de ce moment commença un tête à tête et le président et la présidente ne se sont plus lachés. Cette dernière a même invité le président Twyman a faire le trajet ensemble dans l’hélicoptère de la présidente. Twyman décida de tout lacher immédiatement pour suivre Hendrix, n’informant même pas le ministre des AE pryans de son départ, ne l’invitant pas à le rejoindre comme semble l’indiquer ce tweet :

https://twitter.com/Arthur_Duvalon/status/955755619142782977

Les autres membres de la délégation semblent aussi avoir été oublié, délégation qui fut difficile à composer dit-on en dans l’entourage de certains politiques pryans. Et pour ceux qui ont accepté comme Julio De Fortia, président de l’UF, ils ont donc été contraint à se déplacer à ce sommet par leur propre moyen et ont du entrer par la porte de service du sommet, la présidence pryanne n’ayant rien prévu pour eux.

Un amateurisme qui ne surprend plus aujourd’hui, mais l’impréparation du sommet alors que les Pryans deviennent LEMnosceptique pourrait mettre Prya dans une position difficile.

Pour le président le trajet fut plus agréable, en effet d’après une source proche de la délégation armaréenne, les ébats entre les deux amants étaient si intenses que le pilote de l’hélicoptère eut du mal à maîtriser son appareil. On déclara même que si le président pryan mettait autant d’énergie à la tête de Prya qu’à satisfaire  la présidente Hendrix, Prya serait la première puissance micromondiale et aurait déjà pu imposer un désarmement complet à toutes les nations qui composent le micromonde.

Les deux têtes de l’executifs pryan et armaréen sont ensuite sorti tout sourire de l’hélicoptère, comme on le voit sur le cliché fournit par les organisateurs  du sommet en Francovie, Twyman n’a de yeux que pour la présidente Hendrix.



Au vu de leurs fonctions respectives on ne sait pas encore si la relation sera officialisée ou non, ou si l’idylle naissante ne pourra aller plus loin du fait de la complexité de la situation. En tous les cas même si son job est négligé, le président Twyman pourrait voir sa côte sérieusement remonter auprès des pryans, même Duvalon lorsqu’il était en fonction ne sera jamais parvenu à emballer une de ses homologues. Twyman, après deux mois de mandats semble enfin être entré dans le costume du président de Prya, pour son plus grand plaisir et celui de la présidente Hendrix.

Gontran de la Pochepercée






Zones de commentaires accessibles ici-même (cliquez sur ce lien).
avatar
Max Morton
Ministre des Affaires Etrangères

Messages : 1160
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 38
Localisation : Tindali, Prya

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Gazette De Kaora - Articles du mois de Janvier 2018 -

Message  Max Morton le Mar 23 Jan 2018 - 14:00

Mardi 23 janvier 2018, 14:00

Sommet trimestriel de la LEM : quels enjeux ce trimestre ?

Alors que le sommet a démarré il y a quelques jours en Francovie, La Gazette De Kaora revient sur les enjeux et principaux sujets du sommet de la LEM pour ce premier trimestre 2018.

En premier lieu, il est à noter la candidature d’Armara pour entrer dans la LEM. Les autorités armaréennes ont d’ailleurs fait une « campagne de promotion » pour entrer dans l’organisation, s’entretenant avec plusieurs chefs d’états afin de s’assurer qu’aucun veto ne perturberait le vote. Même Prya aura reçu une visite officielle de la présidente Hendrix, visite qui fut fructueuse au vu des informations dévoilées dans notre article précédent.

En un second temps, il semble que l’idée d’un contrôle du budget semble faire son chemin . A l’heure ou des centaines de milliers Megs sont votées et allouées puis non dépensés la LEM continue de lever des contributions dans les états. Cette situation si elle n’est pas rapidement résolue risque de faire davantage monter le scepticisme dans la ligue, un fait que Archimède Parmentier, Premier Gouverneur de la Francovie qui préside ce sommet, souhaite réduire avec ce sommet. Dans ce sens il a aussi proposé que soit discuté la mise en place de nouveaux moyens pour « rendre l’organisation moins chronophage ».

L’espace, autre chantier évoqué par les délégations Krasslandaises et Piréennes semblent être à l’ordre du jour. Peu de nations ont pourtant déjà évoqué une ambition pour le lancement d’un programme spatial, rassembler sur ce sujet pourrait être une difficulté. En particulier au vu du cout que pourrait engendrer un tel programme.

Toutes les nations ne se sont pas exprimées lors du tour de table, et d’autres sujets pourraient survenir, néanmoins le traitement du budget et le fonctionnement des agences sont des sujets qui pourraient redonner un souffle et surtout redonner de la confiance aux politiciens de plus en plus sceptique, comme on en trouve à Prya ou ils représentent désormais 2 parLEMentaires sur 5.

Enfin, très présent à l’ONA, le sujet de la chasse aux terroristes Pysseux est désormais aussi abordé à la LEM ou la représentation Krasslandaise a proposé de prendre une position commune. Position qui ne sera peut-être pas si aisé car comme le Duc de la Confédération Ducale de Pirée l’a fait remarqué, trois jours avant le sommet Nadur accueillait positivement des soutiens aux terroristes Pysseux sur leur sol :
http://nadur.xooit.com/t6388-Arrive-d-un-diplomate-yssois.htm#p55315

Pourtant cela n’a pas empêché l’ambassadrice de Nadur de déclarer : « Concenant cette affaire de Mulleriste en fuite, après les actes monstrueux dans plusieurs zones du Micromonde, il convient d'avoir une attitude claire et stricte. Nous devons pourchasser tous ces délinquants et les chasser partout; oui partout y compris dans des pays complices »

Au moment ou nous bouclons cet article, Nadur n’a pas encore répondu à la question du Duc de Pirée, question pertinente puisque Nadur semble avoir un double discours sur le terrorisme Pysseux. L’explication sera surement très attendue, en particulier quand au même moment les autorités Ostariennes sont interrogées à l’ONA sur la présence de soutiens aux terroristes Pysseux dans leur gouvernement. Cette situation à Nadur pourrait bien compliquer la volonté d’une prise de position commune de la LEM, voir décrédibiliser la Ligue sur ce sujet.
Claire Loderoche


Zones de commentaires accessibles ici-même (cliquez sur ce lien).
avatar
Max Morton
Ministre des Affaires Etrangères

Messages : 1160
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 38
Localisation : Tindali, Prya

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Gazette De Kaora - Articles du mois de Janvier 2018 -

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum