La Gazette De Kaora - Articles du mois de Février 2018 -

Aller en bas

La Gazette De Kaora - Articles du mois de Février 2018 -

Message  Max Morton le Lun 5 Fév 2018 - 18:10

5 février 2018, 18h07


Présidentielle pryanne : Qui pour succéder à Twyman ?




A l’heure ou nous bouclons cet article, cinq candidats sont déclarés dans la course à la présidence de la république Pryanne (ex-EcoDémocratie de Prya) : Arthur Duvalon candidat dit indépendant, Matthias Renlow pour le PCP parti de gauche/centre-gauche, Wladyslaw Korzeski pour le parti Merkiste Monarchiste, Beth Rave anciennement PCP, proche de William Grayfall et Julio De Fortia pour l’UF, parti centriste.

Un nombre de candidat conséquent dont il est difficile aujourd’hui d’identifier un ou plusieurs favoris. Incontestablement le mandat de Twyman s’achève avec un goût d’inachevé et de chaos politique. Une situation qui semble donner des ailes à de nombreuses personnalités politiques.
Le président lors de la présidente campagne présidentielle a prouvé, qu’avec peu d’appui et d’expérience politique on pouvait convaincre les pryans de laisser une chance à de nouveaux profils.
Il semble alors qu’il en soit fini des élections courues d’avance qu’ont pu connaître en leur temps des poids lourds de la politique comme Arthur Duvalon, Julio de Fortia ou William Grayfall, tous élus confortablement.

Pour le moment, aucun des candidats n’a motivé sa candidature ou présenté des éléments de programmes ce qui rend la situation encore plus floue, comme si tous attendait « une chance » d’atteindre le second tour pour se positionner.
Les débats et la campagne sont peut-être aussi redoutés, lors du mandat du président Twyman les tensions politiques furent fortes et il n’y a eu aucun rapprochement politique comme on a pu en retrouver par le passé. Les divisions sont fortes et le prochain président, aura une tâche compliqué à l’assemblée s’il ne parvient pas à rassembler. Pour preuve les législatives ont vu le PLP, parti présidentiel, arriver en tête mais cette victoire fut inutile étant donné que le président n’a pas pu rassembler. Et à part la loi de finance, aucun texte du gouvernement ne fut voté par l’assemblée.

L’enjeu qui se pose alors, qui pour rassembler une majorité et gouverner ? L’alliance indépendante Duvalon/Grayfall peut-elle donner une nouvelle impulsion ? Les deux hommes bien que d’origines politiques différentes ont toujours pu travailler ensemble, Grayfall s’occupant des affaires intérieures et Duvalon de l’extérieur. Mais cette alliance a une épine, un scepticisme alimenté par les deux hommes envers les organisations internationales comme la LEM ou l’ONA. Et ce positionnement pourrait compliquer toutes tentatives de rassemblement. De plus Grayfall pourrait aussi soutenir Beth Rave.

Matthias Renlow du PCP aura la difficile tâche de se dissocier de son alliance avec le président, alliance qui fut difficile dans les relations entre les deux hommes malgré des sorties du président pour tenter d’apaiser les tensions. le PCP était un de ses rares appuis mais les deux partis n’ont jamais vraiment discuter. Pour autant le PCP aurait déjà travaillé un programme.

Wladyslaw Korzeski est vraisemblablement une candidature de témoignage. Beth Rave reste la grande inconnue, pourquoi cette candidature ? Une candidature qui disperse l’électorat du PCP pour une candidate peu connue. Peut-être pense t-elle comme Twyman l’emporter sur un petit effet de nouveauté. Enfin Julio De Fortia, candidat investi par l’UF, il bénéficie d’une dernière législative réussie, son parti est arrivé en seconde position et talonnant le PLP. L’UF est resté indépendant du gouvernement et n’aura pas envoyé de ministre ce qui pourrait lui permettre de jouer cette carte d’un total renouveau après ce mandat.

Et qu’en est il du président Twyman ? Après des rumeurs émanant du gouvernement, le président aurait décidé de jeter l’éponge. Nos journalistes lui ont proposé une interview pour formaliser cette annonce et lors des discussions il aurait implicitement reconnu dans un premier temps se retirer, puis ensuite hésiter. La présidence n’ayant plus répondu à notre sollicitation, Twyman serait encore en train d’hésiter. Les multiples candidatures pourraient lui redonner une chance et le pousser à réfléchir à finalement se lancer puisque le niveau pour atteindre le second tour pourrait être très bas lors de cette élection. Malgré donc un bilan compliqué, une candidature du président pourrait ne pas surprendre malgré les premières rumeurs.
Gontran De la Pochepercée


Zones de commentaires accessibles ici-même (cliquez sur ce lien).
avatar
Max Morton
Ministre des Affaires Etrangères

Messages : 1087
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 38
Localisation : Tindali, Prya

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Gazette De Kaora - Articles du mois de Février 2018 -

Message  Max Morton le Sam 10 Fév 2018 - 8:39

Interview du candidat à la présidentielle Julio De Fortia



Leader du groupe UF à l'assemblée nationale, Julio De Fortia et son parti sont restés à l'écart de toute participation gouvernementale durant le mandat de Lukas Twyman. Préférant rester dans une opposition dite "constructive". Préparant le retour de l'UF au pouvoir et unique candidat à avoir mener campagne par des meetings et des rencontres avec les citoyens Julio De Fortia a accepté de répondre à nos questions.

Claire Loderoche : Bonjour monsieur De Fortia, vous avez été investi par l'Union Fantispaise pour cette présidentielle qui s'annonce compliquée vu le nombre de candidats. Si vous êtes élu ne craignez vous pas un blocage à l'assemblée comme le président Twyman en a connu ? Comment gouverner sans majorité ? Comptez vous passer un accord de gouvernement ?

Julio De Fortia : Je ne crains pas l'absence de majorité, car j'ai toujours gouverné par consensus en écoutant tout le monde dans mon camp et dans les oppositions. De plus, je distingue l'éxécutif du législatif et ce sera au parti de réussir à remporter les législatives dans quelques semaines pour nous permettre d'appliquer notre politique.

Claire Loderoche : Avec le PCP de Matthias Renlow, vous êtes le seul candidat à avoir proposé une ébauche de programme, quelles seront vos priorités pour ce mandat ?

Julio De Fortia : Les priorités seront d'un point de vue économique de relancer le secteur primaire et les transports. D'un point de vue diplomatique de redonner une position forte à Prya au sein de la LEM et de développer les échanges avec le Skotinos et le Krassland. D'un point de vue culturel, de développer la recherche et le travail universitaire. D'autres actions se mettront en place au fur et à mesure en fonction de l'actualité.

Claire Loderoche : Vous avez accompagné le président en Francovie pour le sommet de la LEM, Prya connait une montée du lemnoscepticisme. Par exemple William Grayfall a rappelé qu'en 2017 Prya avait envoyé 30'000 palmyrs à la LEM sans aucune retombée sur les acteurs pryans. Que répondez vous aux lemnosceptiques pour les rassurer et leur montrer que la LEM peut être plutôt bénéfique pour Prya ?

Julio De Fortia : L'absence de retombée est fausse, car la Compagnie de Transport de Fantispa va récupérér quelques milliers de Palmyrs avec l'ATLEM, une subvention a été votée pour les JMO lors du dernier budget de l'ASLEM et les nouvelles politiques d'obliger les agences à émettre des appels d'offres devraient permettre aux entreprises pryannes de participer à partir du moment où elles sont actives pour y répondre. La LEM est encore jeune et elle manque de maturité sur les échanges d'informations et sur la gestion de ses budgets, mais je compte bien pendant mon mandat maintenir une bonne participation de Prya au sein de toutes les agences pour ne pas être pris au dépourvu.

Claire Loderoche : Votre programme est ambitieux sur le plan économique notamment dans le domaine des transports, est t-il financé ou bien échelonnerez vous les projets sur plusieurs mois ? 


Julio De Fortia : Les projets sur le transport se dérouleront sur plusieurs mois, car les poches de l'Etat ne sont pas infinis et il faut garantir une stabilité financière. De plus, les entreprises doivent aussi avoir le temps de produire pour répondre au demande de l'Etat. Ensuite, normalement, une partie avait déjà été budgeté au sein de la STP pour le projet de train solaire que je compte relancer. J'espère qu'à la fin de mon mandat les projets auront été budgétisés et lancés sans retour en arrière possible.


Claire Loderoche : Si vous n'atteignez pas le second tour, pourriez vous donner une consigne de vote ? Et si oui y'a t-il des candidats que vous refuseriez catégoriquement de soutenir ?

Julio De Fortia : Si je n'atteinds pas le second tour, je devrais me remettre en question et me retirerais surement de la vie politique au niveau national pour me concentrer sur la Province de Tétaou. Je ne sais pas si je donnerais une consigne de vote, cela dépendra sûrement de qui sera au deuxième tour. En tout cas, je m'opposerais vigoureusement à une réélection de M. Twyman soyez en certain.

Claire Loderoche : Les législatives suivront la présidentielle, avez vous des ambitions particulières pour ces élections qui seront aussi importantes que al présidentielle ? Je rappelle que vous êtes arrivé en seconde position lors des dernières législatives. Et d'ailleurs quel bilan faites vous de ce mandat autant sur le plan législatif que pour l’exécutif ?

Julio De Fortia : Pour les législatives tout dépendra des résultats des présidentielles. Si je suis élu, je participerai à la campagne de façon assez active. Sinon, je laisserai ce rôle à Max Morton et Victoria Brolodina pour mener le combat au niveau national et je me concentrerais sur ma Province. Le bilan sur le plan législatif est nul, le Parlement a rarement été si peu actif que ces derniers mois et l'éxécutif n'a vivoté que grâce aux Ministres qui ont pris des initiatives sans cohérence avec un quelconque programme du président.
avatar
Max Morton
Ministre des Affaires Etrangères

Messages : 1087
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 38
Localisation : Tindali, Prya

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Gazette De Kaora - Articles du mois de Février 2018 -

Message  Max Morton le Sam 10 Fév 2018 - 8:43

Interview du président et candidat à sa réélection Lukas Twyman



Alors que des rumeurs émanant de membres du gouvernement couraient sur un renoncement du président Twyman à se représenter, ce dernier a déposé aujourd’hui, mardi 6 février, sa candidature auprès de la cour suprême. LGDK a pu interviewer en exclusivité le président Lukas Twyman avec qui nous revenons sur ces rumeurs de renoncement, sa candidature et son projet.

Claire Loderoche : Bonjour monsieur le président. Merci de nous accorder du temps, votre parole s’est faite rare depuis quelques jours ce qui a laissé courir toutes sortes de rumeur sur un renoncement de votre part. Mais aujourd’hui vous avez déposé votre candidature à la cour suprême. Pourquoi avoir tant tardé à déposer votre candidature ? Un manque d’assurance, des hésitations ?

Lukas Twyman : Bien sûr, au vu des oppositions et du lynchage politique que j'ai subi, j'ai du me remettre en question, tout cela retardant ma candidature. Mais cependant, je me battrai contre l'adversité sans relâche ! Je pense partir avec beaucoup de retards à cause de ces évenements, mais je ne perd pas confiance.

Claire Loderoche : Il semble que certains de vos ministres comme messieurs Duvalon et Renlow aient du mal à assumer leur participation au gouvernement, est ce une difficulté pour vous ? Et à votre avis pourquoi cherche t-il à prendre des distances ?

Lukas Twyman : Tout au contraire, le fait qu'ils n'assument pas cela démontre qu'ils n'ont pas l'envergure présidentielle. Je pense que l'hypocrisie est le comportement qui rassemenble ces 2 candidats. Ma question pour les pryans est : avez-vous confiance, chers concitoyens, en ceux qui ne se font déjà pas confiance ? Je vous laisse y répondre.

Claire Loderoche : Vous êtes donc candidat, mais contrairement aux autres vous êtes aussi le président sortant, quel bilan faites de vous de votre mandat ? Les difficultés, les réussites ou encore les échecs ?

Lukas Twyman : Je ne compte plus les difficultés de ce mandat. Sans parler de la non-coopération des parti, j'ai eu beaucoup de mal à me faire à mon role. Mon plus grand échec à été de ne pas réussir à unir Prya. Cependant, je suis très fier de l'organisation des festivités du nouvel an avec le CSH, un grand évenement pour nos deux pays.

Claire Loderoche : Après le bilan, le projet. Que souhaitez vous porter pour Prya lors de cette présidentielle ? Avez vous un projet particulier, une ligne à défendre, quel est le sens de cette candidature ?

Lukas Twyman : Je pense orienter mon programme d'une façon particulière : mes 2 gros projets seront l'exploration de Fantispa ainsi que la "colonisation" des 5 îles entourant Prya pour y créer des habitations et tenter de développer un mode de vie écologique. Je pense aussi à la création d'entreprises publiques dans le but de concurencer les gros du marché, avec par exemple l'aviation. Je préfère rester vague sur certains points Smile


Faute de temps, nous n'avons pu terminer l'interview avant le début du vote. Mais voici les dernières questions que nous avions soumis à Lukas Twyman:
Claire Loderoche : La "colonisation" des 5 îles signifiera  la fin du statut de réserve naturelle créé dans la loi sur les réserves en 2003 pour l'ile de Kenata ? Puisque l'article 2 de cette loi mentionne qu'aucun batiments ne pourra être bâti dans les réserves.

Claire Loderoche : Sur le volet économique vous évoquez l'aviation, pourtant une entreprise d'état existe déja avec Avikaor qui n'a plus de directeur depuis de très nombreux mois fautes de candidats, n'est ce pas plus intéressant de  renforcer les entreprises déja possédés par l'Etat plutôt que d'en créer de nouvelles ?

Claire Loderoche : Cette stratégie qui vise à rester vague vous semble t-elle payante ? Puisque contrairement aux autres candidats vous n'avez pas participé au débat,à part créer des entreprises, explorer Fantispa qui est pourtant déja bien connu et coloniser 5 îles, on ne sait pas concrètement comment cela va se dérouler ? N'est ce pas difficile de demander la confiance des pryans avec aussi peu d'éléments ?

Claire Loderoche : Et une dernière question monsieur le président, vous avez reconnu qu'il fut difficile d'unir les pryans durant ce mandat. Si vous êtes réélu comment ferez vous pour réussir à faire passer des projets à l'assemblée qui nécessiteront forcément de parvenir à une union pour éviter le blocage que vous avez pu connaitre ?

avatar
Max Morton
Ministre des Affaires Etrangères

Messages : 1087
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 38
Localisation : Tindali, Prya

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Gazette De Kaora - Articles du mois de Février 2018 -

Message  Max Morton le Sam 10 Fév 2018 - 14:18

Interview du candidat Mathias Renlow



   Gontran de la Pochepercée : Bonjour monsieur Renlow. Candidat du PCP pour cette présidentielle, vous avez été rapide à vous déclarer. Pourquoi cette candidature vu le nombre de candidats ? N'aurait-il pas été           plus     judicieux d'unir vos efforts avec madame Rave par exemple ou encore le président sortant avec qui vous avez dirigez Prya ?
   Matthias Renlow : Bonjour monsieur de la Pochepercée, eh bien je l'ai fait parce que le pays a besoin de sang neuf et il est clair que le PCP est le mieux placé question sang neuf nous ne dépassons pas les 35 ans au       parti. Mais si ça arrive que madame Rave passe au second tour et pas moi je m'allierai avec elle.
   Gontran de la Pochepercée : Lors du débat vous avez eu des mots durs envers le président, si cela était si difficile de rester au gouvernement pourquoi ne pas avoir démissionner comme monsieur Duvalon ?
   Matthias Renlow : Ben parce que je n'allais pas laisser un incapable détruire notre pays.
   Gontran de la Pochepercée : Vous êtes un des rares candidats, avec Julio De Fortia, à avoir proposé un programme clair. Pouvez vous nous en dire plus sur vos priorités pour ce mandat si vous êtes élu ?
   
Matthias Renlow : Ben d'abord on doit renforcer nos liens avec la CSH et construire un bouclier suite à l'agression des Pavlovistes. Aussi baisser le chômage qui est le plus élevé dans le Micromonde notre pays est mort économiquement alors il faut changer ça. Mettre en place l'expulsion du territoire Pryan en cas de non respect de l'écologie aussi, voici mes priorités. Et sans oublier la hausse du salaire minimum.
   
Gontran de la Pochepercée : Lors des dernières législatives, le PCP était à la traîne en nombre de députés, négocierez vous des alliances pour gouverner si vous êtes élu et avec qui envisagez vous d'en faire ?
   
Matthias Renlow : Ben clairement avec l'UF. Nos 2 partis ont toujours été proches, les indépendantistes ne voulant pas faire d'alliance il ne reste que l'UF.
   
Gontran de la Pochepercée : Dans votre programme, vous évoquez la création d'une armée verte. C'est un sujet sensible à Prya, d'ailleurs le président Twyman qui avait basé l'essentiel de son programme sur ce sujet il y a 3 mois a du y renoncer. ne craignez vous pas d'avoir des difficultés dan ce domaine ?
   
Matthias Renlow : Il voulait créer une armée pour tuer pas une armée pacifique je ne crois pas avoir des difficultés.
   
Gontran de la Pochepercée : Si vous n'êtes pas au second tour,  allez vous donner une consigne de vote si oui existe t-il des candidats qui pourraient avoir votre voix ? Ou bien préférez vous rester neutre ? 
   
Matthias Renlow : Oui, Julio De Fortia et Beth Rave.

El/mise en forme naze mais je suis sur portable dsl^^/EL


Dernière édition par Max Morton le Ven 16 Fév 2018 - 19:15, édité 2 fois
avatar
Max Morton
Ministre des Affaires Etrangères

Messages : 1087
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 38
Localisation : Tindali, Prya

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Gazette De Kaora - Articles du mois de Février 2018 -

Message  Lukas Twyman le Sam 10 Fév 2018 - 23:07

Interview du président et candidat à sa réélection Lukas Twyman







Alors que des rumeurs émanant de membres du gouvernement couraient sur un renoncement du président Twyman à se représenter, ce dernier a déposé aujourd’hui, mardi 6 février, sa candidature auprès de la cour suprême. LGDK a pu interviewer en exclusivité le président Lukas Twyman avec qui nous revenons sur ces rumeurs de renoncement, sa candidature et son projet.

Claire Loderoche : Bonjour monsieur le président. Merci de nous accorder du temps, votre parole s’est faite rare depuis quelques jours ce qui a laissé courir toutes sortes de rumeur sur un renoncement de votre part. Mais aujourd’hui vous avez déposé votre candidature à la cour suprême. Pourquoi avoir tant tardé à déposer votre candidature ? Un manque d’assurance, des hésitations ?

Lukas Twyman : Bien sûr, au vu des oppositions et du lynchage politique que j'ai subi, j'ai du me remettre en question, tout cela retardant ma candidature. Mais cependant, je me battrai contre l'adversité sans relâche ! Je pense partir avec beaucoup de retards à cause de ces évenements, mais je ne perd pas confiance.

Claire Loderoche : Il semble que certains de vos ministres comme messieurs Duvalon et Renlow aient du mal à assumer leur participation au gouvernement, est ce une difficulté pour vous ? Et à votre avis pourquoi cherche t-il à prendre des distances ?

Lukas Twyman : Tout au contraire, le fait qu'ils n'assument pas cela démontre qu'ils n'ont pas l'envergure présidentielle. Je pense que l'hypocrisie est le comportement qui rassemenble ces 2 candidats. Ma question pour les pryans est : avez-vous confiance, chers concitoyens, en ceux qui ne se font déjà pas confiance ? Je vous laisse y répondre.

Claire Loderoche : Vous êtes donc candidat, mais contrairement aux autres vous êtes aussi le président sortant, quel bilan faites de vous de votre mandat ? Les difficultés, les réussites ou encore les échecs ?

Lukas Twyman : Je ne compte plus les difficultés de ce mandat. Sans parler de la non-coopération des parti, j'ai eu beaucoup de mal à me faire à mon role. Mon plus grand échec à été de ne pas réussir à unir Prya. Cependant, je suis très fier de l'organisation des festivités du nouvel an avec le CSH, un grand évenement pour nos deux pays.

Claire Loderoche : Après le bilan, le projet. Que souhaitez vous porter pour Prya lors de cette présidentielle ? Avez vous un projet particulier, une ligne à défendre, quel est le sens de cette candidature ?

Lukas Twyman : Je pense orienter mon programme d'une façon particulière : mes 2 gros projets seront l'exploration de Fantispa ainsi que la "colonisation" des 5 îles entourant Prya pour y créer des habitations et tenter de développer un mode de vie écologique. Je pense aussi à la création d'entreprises publiques dans le but de concurencer les gros du marché, avec par exemple l'aviation. Je préfère rester vague sur certains points.

Claire Loderoche : La "colonisation" des 5 îles signifiera la fin du statut de réserve naturelle créé dans la loi sur les réserves en 2003 pour l'ile de Kenata ? Puisque l'article 2 de cette loi mentionne qu'aucun batiments ne pourra être bâti dans les réserves.

Lukas Twyman : Bien sûr, cela fait partie de mes plans. Cependant, je ne compte détruire l'eco système en interdisant la pollution là-bas : ce ne sera que sous mon commandement que cela verra le jour, et je peux vous assurer que cette idée est 100% made in Twyman.

Claire Loderoche : Sur le volet économique vous évoquez l'aviation, pourtant une entreprise d'état existe déja avec Avikaor qui n'a plus de directeur depuis de très nombreux mois fautes de candidats, n'est ce pas plus intéressant de renforcer les entreprises déja possédés par l'Etat plutôt que d'en créer de nouvelles ?

Lukas Twyman : Avikaor ? Je pense qu'il vaut mieux recommencer du début pour se reconstruire dans certains domaines. Avikaor ne fait pas partie de mes plans, mais un revirement est possible.

Claire Loderoche : Cette stratégie qui vise à rester vague vous semble t-elle payante ? Puisque contrairement aux autres candidats vous n'avez pas participé au débat,à part créer des entreprises, explorer Fantispa qui est pourtant déja bien connu et coloniser 5 îles, on ne sait pas concrètement comment cela va se dérouler ? N'est ce pas difficile de demander la confiance des pryans avec aussi peu d'éléments ?

Lukas Twyman : Bien sûr j'ai d'autres projets que je peux vous exposer, mais je ne ferai pas de promesses, j'envisagerai juste des possibilitées. Je viserai d'ailleurs un taux de chômage encore plus bas pour mon possible prochain mandat ainsi qu'un relancement de l'économie pryanne. Le projet spatial me passione vraiment, et je compte mettre de l'argent dans un réel projet, tout en tentant de ramener de l'ordre au sein de la LEM, surtout niveau finances.

Claire Loderoche : Et une dernière question monsieur le président, vous avez reconnu qu'il fut difficile d'unir les pryans durant ce mandat. Si vous êtes réélu comment ferez vous pour réussir à faire passer des projets à l'assemblée qui nécessiteront forcément de parvenir à une union pour éviter le blocage que vous avez pu connaitre ?

Lukas Twyman : Je ne pense pas m'allier avec quiconque, je tenterai juste de convaincre l'assemblée par mes idées. Je me permet de me poser une question concernant mes opposants : Quels sont les favoris à cette présidentielle ? Quel est mon avis sur l'oppostion ? Et bien...

Je pense tout d'abord que M.Renlow en fait trop sur sa présence au gouvernement. Il pense avoir la confiance des pryans, mais je rappelle que ma chute entrainera sa chute ! Nous sommes tout deux jeunes avec des partis jeunes, et il à fait partie du gouvernement, très content de sa visibilitée. Si les pryans ne veulent plus de moi, M.Renlow n'est pas le bon choix, c'est évident. Son mandat repose sur mon idée de bouclier, un projet jugé trop coûteux par mes experts, surtout pour un pays pacifique ! M.Renlow à peur de quelques guignols, dirait on.

Mme Rave ne réunira pas assez de monde, à mon humble avis.

Arthur, oups, M.Duvalon est le grand favoris, mais pourquoi les pryans feraient-ils confiance à celui-ci ? Parce qu'il sait être un charognard dans la finance ? Parce qu'il n'a jamais amélioré les relations de Prya avec l'étranger ? Sa démission du gouvernement est une manoeuvre de manipulation, alors que le destituer aurait déjà du faire partie de mes plans depuis longtemps, tant son mandat à été insipide ! Votez Duvalon pour un gouvernement de magouilles.

M.De Fortia, quant à lui, ne fait que prôner la superiorité de Fantispa : Un président qui se comporte en gouverneur n'est pas un bon homme politique. Ses tentatives pour me discréditer en parlant au nom des pryans devant les chefs d'Etat au sommet de la LEM montrent un non respect des autres assez flagrant. Ma question est simple : Sera-t-il un bon président, ou même un président ? Je pense pourtant qu'il surclasse ses adversaires sur le plan logistique, et je ne verrai aucun mal à ce qu'il soit élu !

Quant à M.Twyman, moi-même, je ne juge pas mon mandat désastreux car le taux de chômage à baissé de moitié et je n'ai pas tué le pays. Je promet aux pryans de me retirer de la politique si ma réélection entraînerai Prya plus bas qu'à mon arrivée.

Chers concitoyens, vive Prya, et faites le bon choix !

Interview complète Wink
avatar
Lukas Twyman

Messages : 910
Date d'inscription : 26/08/2017
Age : 18

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Gazette De Kaora - Articles du mois de Février 2018 -

Message  Max Morton le Ven 16 Fév 2018 - 19:24


Interviews des candidats du second tour à la présidentielle de février 2018



Par Gontran de la Pochepercée et Claire Loderoche

Arthur Duvalon



Ex-président de Prya à plusieurs reprises, ministre des affaires étrangères dans les gouvernements de William Grayfall, Julio De Fortia et Lukas Twyman, Arthur Duvalon que l’on pensait « retraité » de la fonction présidentielle à annoncé sa candidature pour la présidence de la république pryanne.
Nous revenons avec lui sur ses motivations, son projet pour Prya. Mais comme à son habitude et nous nous devons de le dire à nos lecteurs, monsieur Duvalon a souhaité commencer cette interview par un verre, qui n’aura sans nul doute aucun impact sur l’interview.



Gontran de la Pochepercée : Monsieur Duvalon, bonjour et merci pour ce temps que vous nous accordez. Depuis maintenant un moment nous vous avions pensé comme « retraité » de la fonction présidentielle, choisissant de concentrer votre action politique sur la province de Siango mais aussi l’action internationale. Pourquoi cette candidature ?


Arthur Duvalon : Bonjour mon cher Gontran. Très jolis souliers que vous portez aujourd'hui. Je vous filerai l'adresse de mon cireur, il vous fera une belle patine qui ira à merveille avec votre pantalon. Dites lui que vous venez de ma part. Mais passons aux questions sérieuses. Vous savez, mon cher Gontran, il est des moments dans la vie d'un homme qui nous poussent à faire certaines choses de manière presque automatique, presque forcée. Après le mandat catastrophe du Président Twyman, et alors que certains candidats exposent des programmes destructeurs pour notre culture et tout ce qui fait notre pays, il était de mon devoir de réagir. Chaque matin, après chaque cuite prise la veille à la délégation pryanne de l'ONA, et alors que je soignais chacune de mes gueules de bois, je me disais "Putain Arthur...C'est cela que tu veux pour Prya?", un Président qui nous fera boire de l'eau? Un Président dont tout le monde se moque? Un Président qui videra les caisses de l'état pour arroser ses potes planqués dans des pays étrangers?" Evidemment, la réponse est non. Prya vient de souffrir de la non préparation du mandat présidentiel twymanesque. Et elle risque de continuer de souffrir si on laisse certains nationalistes fantispais taper allègrement dans les caisses pour faire de leur province un paradis fiscal. C'est donc tout naturellement que j'ai réuni mon équipe et que nous avons tous, collectivement, réfléchi à un programme novateur et indépendant des grands courants politiques pour le pays. 


Gontran de la Pochepercée : Vous avez démissionné avant la fin du mandat de Lukas Twyman, pourquoi ? Est ce lié à votre mise à l’écart lors du sommet de la LEM ?


Arthur Duvalon : Pas seulement. Il est un fait que cette mise à l'écart est symptomatique du désintérêt de Twyman pour les affaires étrangères. Mais à vrai dire, je crois que la situation est pire. Je crois que le Président Twyman ne savait pas vraiment à quoi servait ses ministres et qu'il allait jusqu'à en oublier leur existence. C'est le mandat présidentiel le plus...artistique que j'ai connu. Mon départ était nécessaire. Si j'ai longtemps fait preuve de patience, voir de pédagogie avec Twyman dans l'intérêt de la nation, j'ai du me résigner à prendre cette décision. Quand on ne peut compter que sur un âne boiteux, il est difficile d'en faire un cheval de course. En quittant le gouvernement, il m'était plus simple d'assumer ma place de parlementaire indépendante et de travailler à mon programme. Pour en revenir au sommet de la LEM, quel gâchis! Nous avions la chance de provoquer des modifications en profondeurs de la Ligue. Mais Twyman n'a rien branlé. Il a annoncé, triomphant, qu'il avait de grandes idées à exposer en début de sommet. Et finalement, on ne l'a pas entendu. Un gâchis...


Gontran de la Pochepercée : Vous connaissiez les difficultés liés au président qui est un arrivé depuis peu en politique, vous vous êtes vous même porté volontaire pour remplacer le ministre Conti aux affaires étrangères, votre démission n’avait t-elle pas pour objectif de faire un coup de com’ visant à préparer cette présidentielle ?


Arthur Duvalon : Ai-je besoin de cela pour faire de la com? Je ne crois pas. Je suis l'un des leaders d'un groupe parlementaire indépendant à l'assemblée. Je suis en opposition avec le groupe acquis au président. Et dans le même temps, j’œuvre au gouvernement. Il y avait une contradiction dans cette démarche que je me devais de corriger, tout simplement. 


Gontran de la Pochepercée : Quel bilan faites vous de l’action globale du gouvernement sur ce mandat ?


Arthur Duvalon : Cela aurait pu être pire. Disons qu'on a sauvé les meubles. Will a bataillé pour faire fonctionner économiquement les institutions et moi, j'ai tenté de faire à nouveau entendre la voix pryanne à l'internationale. Pendant ce temps, l'autre se grattait les couilles. Posez lui la question de son bilant présidentiel, il vous parlera de son réveillon de nouvel an...

Gontran de la Pochepercée : Il y a 6 candidats à cette présidentielle, signe que la démocratie va bien à Prya. ne craignez vous pas d'être mis au placard au profit de visages plus jeunes, plus dynamiques ?

Arthur Duvalon : Je ne crains pas la défaite. Je l'ai connue et la connaîtrai encore. Quand au placard, ce n'est pas demain la veille que vous m'y enfermerez, sauf pour baiser votre femme. Je me réjouis de ce dynamisme politique. Prya devient un modèle démocratique observé dans toute l'Archipel. Je pense que notre pays est devenu, par ses réformes successives de sa législation, le pays le plus dynamique de l'Archipel. C'est une très bonne chose. L'alternative, et l'alternance existent à Prya et cela est très sain pour la démocratie. Regardez, par contre, comment cela se passe chez nos amis scanthélois qui se présentent partout comme des modèles à suivre : On fait tout un bordel par possible pour parler des élections, mais à la fin, c'est Shivana Pal et son petit cul qui l'emportent. Prya est une nation ancienne, mais jeune de par sa population. Et la jeunesse apporte l'innovation.




Julio De Fortia


Candidat arrivé au second, Julio De Fortia a dirigé le pays à l'été 2017, investi par son parti avant l'élection il représente l'Union Fantispaise après être resté en marge de la politique gouvernementale.

Claire Loderoche : Bonjour monsieur De Fortia, vous avez accédé au second tour en début de semaine, vous arrivé derrière Arthur Duvalon, les soutiens semblent se dirigés vers Arthur Duvalon. Croyez vous à vos chances d'accèder à la présidence ?

Julio De Fortia : Bonjour, si je n'y croyais pas, je ne me présenterais pas non? Les soutiens c'est bien beau mais si c'est comme pour le gouvernement Twyman, pour les voir nous abandonner quand cela devient dur, autant ne pas les avoir du tout.

Claire Loderoche : Monsieur De Fortia, on a entendu beaucoup de critiques récemment sur la gestion de Tétaou 2018. Beaucoup de fonds auraient été à des sociétés non-pryannes. Trouvez vous cette critique crédible ? Que répondez vous à vos détracteurs sur le sujet ?

Julio De Fortia : Je réponds que les entreprises pryannes n'avaient qu'à répondre à aux appels d'offres. Qu'ensuite, Micromonde BTP, Les Galleries Mazambalaises,Zantavia Construction et Pirée Bat Prya sont des entreprises pryannes jusqu'à preuve du contraire.
De plus, deux grosses entreprises du BTP pryan n'ont pas pu répondre MM-Construction et les Bâtiments de Tispana, car toutes leurs forces sont engagés dans la construction de l'aéroport de Tétaou pour lequel d'ailleurs aucune autre entreprise pyanne n'avait répondu.

Claire Loderoche : Selon monsieur Grayfall vous êtes le plus libéral des politiques, selon monsieur Duvalon vous êtes de gauche, plus que le PCP vraisemblablement, ou vous situez vous ? Et d'ailleurs votre adversaire se déclare indépendant, pensez vous que l'on puisse se situer au dessus des clivages de la sorte ?

Julio De Fortia : Je ne suis pas plus libéral que de gauche. Je pense juste que l'Etat doit intervenir pour dynamiser l'économie et mettre en place les structures qui par la suite doivent pouvoir vivre librement avec les entreprises qu'elles soient publiques ou privées.
Il en va de même pour les provinces qui doivent apprendre à moins dépendre de l'Etat. 
De façon général, je suis pour une responsabilisation des directeurs des entreprises, des gouverneurs.

Claire Loderoche : Des voix se sont faites entendre sur la politique provinciale que vous comptez mener. Pouvez vous confirmer un abandon de l'Etat des provinces ? Selon monsieur Grayfall, les provinces reposeront uniquement sur les sociétés qu'elles possèdent, est ce vrai ?

Julio De Fortia : Je veux donner les moyens aux Provinces d'être indépendante de l'Etat dans la gestion de tous les jours. C'est pour cela que je compte permettre aux provinces de mettre en place une taxe d'habitation pour les résidents de leurs provinces afin de leur permettre d'une part d'avoir une participation citoyenne aux besoins des provinces, mais aussi pour qu'elles aient un moyen de réguler et de contrôler les personnes résidant dans les provinces. Cela devrait permettre une meilleure répartition de la population sur l'ensemble du territoire.
Deuxième point, je souhaite attribué une partie des taxes prélevés aux Provinces afin de compléter ce financement. 
Enfin, je trouve anormal que l'Etat présente un budget chaque trimestre, mais que du côté des provinces il n'en est rien. Lors de l'établissement de la loi de Finances, chaque gouverneur devra présenter un budget prévisionnel et suivant ce budget l'Etat pourra allouer ou pas des fonds supplémentaires aux Provinces. Cela permettra de récompenser les provinces actives, mais aussi d'aider les provinces qui n'ont pas de revenus liés à d'éventuelles dividendes.

Claire Loderoche : Le sujet de la défense a émergé de nouveau, un vieux serpent de mer sur lequel aucun gouvernement n'a souhaité se penché réellement. Quelle est votre position à ce sujet ? Lukas Twyman s'était fait élire sur la création d'une armée régulière, mais l'opposition fut trop forte. Pensez vous que ce sujet doit être mis de coté, ou tout simplement que ce n'est pas un sujet ?

Julio De Fortia : La défense du territoire est effectivement un sujet et je pense partager une partie du point de vue de mon adversaire sur le sujet. Il nous fait garantir une protection par nos alliés en cas de conflit ouvert. Mais il faut aussi pouvoir être informé de ce qu'il se passe ailleurs. Des services de renseignement pourraient être une possibilité, mais pour l'instant la défense n'est pas du tout ma priorité, mais renforcer les liens avec nos nations amis oui.
avatar
Max Morton
Ministre des Affaires Etrangères

Messages : 1087
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 38
Localisation : Tindali, Prya

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Gazette De Kaora - Articles du mois de Février 2018 -

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum