La salle du trône

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La salle du trône

Message  Paul Pathyne le Dim 9 Avr 2017 - 16:37

Le Prince-Padishah, comme à son habitude, dégustait un vin pétillant de Cardolane. A ses pieds, son tigre-Laza, Siouxsie, somnolait.

Horatio annonça le nom du nouveau visiteur.



Horatio Butler : M. Pierre de Margerie, ambassadeur du Saint-Empire d'Edoran !

Paul Pathyne : Excellence, il m'est agréable de vous recevoir en mon palais. Le voyage s'est-il bien passé ?
avatar
Paul Pathyne

Messages : 1405
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La salle du trône

Message  Edoran le Dim 9 Avr 2017 - 19:30

Pierre de Margerie fit son entrée dans la salle du trône, décor de la royauté mézène et cœur du pouvoir. Elle était majestueuse par ses dimensions et ne ressemblait aucunement à celles qu'il avait pu fréquenter auparavant. Associant des éléments de modernité et de classicisme, la pièce maîtresse du lieu était sans nul doute l'immense verrière installée en arrière du trône. Dominant les dômes de la ville, elle soulignait la majesté d'un pouvoir royal qui paraissait tutoyer le divin.

Arrivée au niveau du Souverain, le diplomate, appliqué à suivre le protocole de la Cour Mézène, se découvrit et s'inclina en signe de révérence. Il remarqua les impressionnants gardes sarraudar et attarda son regard sur le tigre-Laza du Kitchassa. La bête était magnifique. Le Maharadjah de Ceylan, dont il était devenu l'ami lorsqu'il était en poste au Zanziland, avait un animal semblable, une bête magnifique... Le Souverain s'adressa à lui, la conversation, très formelle et empreinte de courtoisie put débuter :


- Nous avons fait bon voyage. Que Votre Majesté soit remerciée de Sa sollicitude. Son Altesse Sérénissime le Prince-Régent recommande à l'attention de Votre Majesté ces lettres qui accorderont foi et créance à mon ambassade.

Le plénipotentiaire remis au Prince-Padishah les lettres de créances signé par le Prince-Régent du Saint-Empire :
Spoiler:




OUS, Louis, Prince du Saint-Empire, par la Grâce d'Ether et le vœu de la Chambre des Pairs, Régent du Trône,


A TOUS, PRÉSENTS ET A VENIR, SALUT !





Dans notre désir d'affermir et d'accroître toujours plus les bonnes dispositions et l'amitié réciproque entre nos deux Grandes Nations, Nous avons décidé d’accréditer auprès de Votre Majesté en qualité de Ambassadeur plénipotentiaire de la Couronne dont Nous sommes le Régent, le Sieur Pierre de Margerie, ministre plénipotentiaire hors-classe, afin qu'il accomplisse la mission qu'il a reçu de Nous d'établir entre nos deux Nations, les bases fermes et stables de relations diplomatiques pérennes.

Les éminentes qualités qui le distinguent dans le service de l'État  sont pour Nous de sûrs garants qu’il accomplira sa mission de façon à gagner votre estime. Nous vous prions de l’accueillir avec bienveillance et d’ajouter foi et créance entière à tout ce qu’il vous dira au nom de la Couronne du Saint-Empire, surtout lorsqu’il vous exprimera les assurances de notre amitié et de notre estime.

En foi de quoi nous avons fait mettre notre sceau à ces présentes lettres, pour faire valoir ce que de droit.

Donné à Allancia, en Notre Palais, le sept avril de l’an de grâce deux mil dix-sept et du règne de notre grand-père quatrième.

Louis


avatar
Edoran

Messages : 13
Date d'inscription : 17/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La salle du trône

Message  Paul Pathyne le Lun 10 Avr 2017 - 4:46

Paul Pathyne : Excellence, le régent semble vous tenir en haute estime et nous sommes honorés qu'il vous ait choisi afin de représenter le Saint-Empire.

Je ne doute pas que nos deux micronations auront de très bonnes relations à l'avenir. J'accepte vos lettres de créances.


Le Prince-Padishah se tourna alors vers le domestique afin qu'il lui resserve un verre, en pensant qu'il était bien dommage qu'en Édoran, l'alcool fût interdit. Il aurait apprécié d'en offrir quelques bouteilles à l'Ambassadeur.
avatar
Paul Pathyne

Messages : 1405
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La salle du trône

Message  Edoran le Lun 10 Avr 2017 - 23:43

L'approbation des lettres de créance de l'ambassadeur édoranais valait accréditation officielle.

- Je remercie Votre Majesté d'avoir accepter les lettres de créance qui officialisent ma mission de représentation en Ses états. Qu'il me soit permis de partager, avec Votre Majesté, Ses vœux de bonnes ententes entre les nations mézène et édoranaise.
avatar
Edoran

Messages : 13
Date d'inscription : 17/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La salle du trône

Message  Paul Pathyne le Ven 21 Avr 2017 - 13:24



Le Marquis Hubert de la Plagne, descendant de la petite noblesse francovare, rejoignit la Salle du Trône afin d'y recevoir ses lettres de créance, avant de prendre l'avion pour Allancia.


Paul Pathyne : Hubert, mon ami ! Venez donc que je vous salue avant que vous ne partiez ! Ah, je me souviens quand vos parents venaient visiter les miens, lorsque nous étions de jeunes enfants...

Hubert de la Plagne : Il est vrai, Votre Majesté, que mon père était un ami du Duc Maximilien Pathyne.

Paul Pathyne : Oui, jusqu'à ce qu'un tigre-Laza plonge ses griffes dans le torse de mon père, alors que nous fuyions la Francovie jallaniste. Après cela, il n'est guère étonnant que j'éprouve autant de haine pour ces déchets ! Je parle des Jallanistes, bien entendu.

Bien, tenez, voici vos lettres de créance, Marquis. Soyez le digne représentant de Mézénas dans cette lointaine micronation.

Hubert de la Plagne : Je vous remercie, Votre Majesté.
avatar
Paul Pathyne

Messages : 1405
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La salle du trône

Message  Paul Pathyne le Mar 27 Juin 2017 - 17:31




Georges Bourseau n'était pas rassuré. C'est lui qui avait négocié le traité de reconnaissance mutuelle entre Mézénas et la Francovie. Négocié était un bien grand mot, au mieux il n'avait eu que le rôle d'un émissaire chargé de proposer le traité de reconnaissance mutuelle aux autorités francovares. Et aujourd'hui, il était convoqué au Palais Princier par le Prince-Padishah en personne.

Il fut prié de rentrer dans la salle du trône. Des questions tournaient dans sa tête.

"Aurais-je commis un impair lors de mon entrevue avec le Roi de Francovie ?", se demanda le diplomate. Il s'avançait vers le souverain mézène et chaque pas le rapprochait de Siouxsie, le tigre-Laza, endormi au pied du trône. "J'espère que l'animal a suffisamment mangé, ce midi. On raconte qu'une personne qui avait déplu au Prince-Padishah lui avait servi de déjeuner". Paul Pathyne remarqua la crainte dans le regard de Bourseau et il s'en amusa.

Le diplomate s'arrêta à la distance règlementaire - pas moins de 10 mètres du trône. Il s'inclina. Il savait qu'il ne devait pas prendre la parole en premier, alors il attendit. Le Prince-Padishah passait ses mains dans la fourrure du tigre-Laza, sans dire un mot. Le silence était lourd pour le diplomate. Le souverain prit enfin la parole.



Paul Pathyne : N'ayez crainte, mon ami, Siouxsie ne vous fera aucun mal. Du moins pas tant que je ne lui en donnerai pas l'ordre.

Georges Bourseau (s'inclinant de nouveau) : Votre Altesse, c'est une grande joie que de me retrouver devant vous. Mais j'en ignore la raison... Y a-t-il quelque chose que je pourrais faire pour vous ?

Paul Pathyne : Oui, mon ami, oui. Il y a en effet quelque chose que vous allez faire pour moi !


Paul Pathyne marqua une pause qui sembla une éternité pour Bourseau.


Paul Pathyne : J'ai ouï dire que vous aviez mené avec diligence une mission pour le gouvernement mézène. Vous avez fait part au gouvernement francovar de notre désir d'ouvrir des relations diplomatiques avec cette micronation.

Georges Bourseau : Cela a été une grande fierté, Sire !

Paul Pathyne : J'en suis heureux, bien que je ne comprenne pas quelle fierté on pourrait avoir à se mêler aux Francovars. Ce sont des gens si primitifs, sans aucun talent, sans aucune noblesse. Excepté leur roi, bien entendu, mais ce n'est guère étonnant puisque nous sommes cousins éloignés. Quoi qu'il en soit, j'ai décidé de vous y envoyer à nouveau !

Georges Bourseau : Pardon, Votre Altesse ?

Paul Pathyne : Oui, vous repartez en Francovie, mon ami, mais cette fois vous n'y allez pas en tant que simple diplomate ! Je vous nomme Ambassadeur des États Fédérés de Mézénas ! Tenez, voici vos lettres de créances, elles sont signées. Vous partez demain matin.

Georges Bourseau : Sire... Je ne sais comment vous remercier de cet honneur... je...

Paul Pathyne : Oui, oui, c'est ça. A présent laissez-moi, j'ai besoin de calme et de repos.

Georges Bourseau : Bien, Votre Altesse. Je vous remercie, Votre Altesse.


Ambassadeur des États Fédérés ! Lui, Georges Bourseau, petit fonctionnaire sans envergure ! Il n'en revenait pas et c'est d'un pas joyeux qu'il quitta la salle du trône.
avatar
Paul Pathyne

Messages : 1405
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La salle du trône

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum