Poste avancé de la Citadelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Poste avancé de la Citadelle

Message  Paul Pathyne le Dim 11 Déc 2016 - 7:38



Ulvan Thorim scrutait l'horizon avec ses jumelles. Au cours de la nuit précédente, le khamsin s'était abattu sur la plaine du Kitchassa qui, à présent, était paisible. Le khamsin était une tempête extrêmement violente, qui s'accompagnait de vents tourbillonnants pouvant parfois atteindre 600 km/h. Rien ne lui résistait, il balayait tout sur son passage et il pouvait ronger les corps jusqu'à l'os.


Depuis le début de la semaine, des aéronefs de la Guilde avaient fait le voyage depuis le Comté de Saguenay, fief de la Maison Richèse. Ils avaient amené les hommes et le matériel.





Un avion apparut dans le ciel. C'était celui que Thorim attendait. Il se tourna alors vers son second.


Ulvan Thorim : Ezab, l'avion du Comte Alban va se poser. Dis aux hommes de se rassembler dehors pour l'accueillir.

Ezab : Entendu, Ulvan. Je m'en occupe.


L'avion se posa. La porte s'ouvrit et le Comte Alban en descendit, accompagné de sa garde personnelle. C'était un homme d'un certain âge, les cheveux blancs, la barbe fournie. Il était chaudement vêtu mais en sortant de l'avion, le froid le saisit et il ne put réprimer un frisson.


Ulvan Thorim : Mon Seigneur, ravi de vous accueillir au Kitchassa. Je suis Ulvan Thorim, je dirige le poste avancé de la Citadelle. Sa Majesté le Prince-Padishah m'a chargé de vous servir de guide. Si vous voulez bien me suivre, des boissons chaudes nous attendent.

Le Comte Alban : Elles seront les bienvenues ! Cela fait seulement quelques minutes que je suis dehors et je vous avoue que je ressens déjà le besoin de me réchauffer. Je savais déjà qu'il faisait très froid ici, mais je ne pensais pas que ça serait à ce point.


Ils prirent la direction du poste avancé, tout en continuant la conversation.


Ulvan Thorim : Actuellement, le temps est encore relativement clément, nous sommes autour de 0°. Mais la nuit, par ici, il n'est pas rare que le thermomètre descende à - 30°, voire - 40°. Plus loin dans la plaine, c'est même en-deça de ces chiffres.

Le Comte Alban : J'imagine qu'il ne fait pas bon s'aventurer à l'extérieur dans ces conditions.

Ulvan Thorim : En effet et je vous le déconseille, Mon Seigneur. Mais les gens par ici sont habitués à ce climat très rude, c'est d'ailleurs pour cette raison que nous avons fait appel à la main d'oeuvre locale.

Le Comte Alban : Ah oui, les Snomen. On m'en a parlé.

Ulvan Thorim (ouvrant la porte) : Je vous en prie, après vous, Mon Seigneur.


Une fois entré dans le bâtiment, le Comte déboutonna son parka. Le reconnaissant, les membres du personnel du poste s'interrompirent dans leurs tâches et s'inclinèrent respectueusement.

Le Comte demanda aux hommes de sa garde de rester à l'entrée, puis il se laissa guider par Thorim, qui l'emmena dans une salle de réunion. Comme il le lui avait dit, des boissons chaudes et des gâteaux les attendaient. Ils s'assirent à une table et une jeune femme de petite taille, aux vêtements rustres, les servit. Le Comte la remercia et il vit alors de l'étonnement dans ses yeux. Elle s'inclina puis sortit.



Le Comte Alban : J'espère ne pas l'avoir fait fuir. L'aurais-je donc mise mal à l'aise ?

Ulvan Thorim : Zarina est une Snomen, Mon Seigneur. Bien qu'elle travaille ici depuis un certain temps, il lui arrive encore d'être surprise qu'un hors-monde lui montre de la considération.

Le Comte Alban : Un hors-monde ?

Ulvan Thorim : Oui, une personne qui n'est pas d'ici, qui n'est pas du Kitchassa.

Le Comte Alban : Un peuple bien étrange, ces Snomen, assurément. Je trouve fascinant ce mystère qu'il y autour d'eux. Sait-on qui ils sont vraiment, d'où ils viennent ?

Ulvan Thorim : J'ai parfois parlé avec certains d'entre eux et, bien que je sois né ici, j'ai eu bien du mal à en apprendre beaucoup sur eux. Apparemment, ils sont les derniers descendants d'un peuple nomade et qui se serait installé ici il y a de nombreux siècles, après avoir erré dans tout le micromonde. On ignore combien ils sont, les rares recensements qui ont été menés ici affirment qu'ils ne seraient que quelques milliers.

Leur culture est emplie de légendes et de mythes. Mais ne vous fiez pas à leur apparence paisible, même débonnaire. Ce sont de redoutables guerriers. Ils ont un lien très fort avec le Kitchassa, ce territoire est le leur et ils le connaissent mieux que quiconque.

Je vais vous dire quelque chose, Mon Seigneur. Nous ne réussirons jamais à nous faire accepter par eux, ils nous verront toujours comme des intrus. Ils nous tolèrent, rien de plus, et si nous pouvons rester ici, c'est uniquement parce qu'ils le veulent bien.
avatar
Paul Pathyne

Messages : 1922
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poste avancé de la Citadelle

Message  Paul Pathyne le Mer 14 Juin 2017 - 14:55




L'ACM-Valléis qui amenait le Baron Wladimir van Dorrenn, son neveu Rabban, le mentat Piter de Vries et même son médecin personnel, s'était posé sur l'aérodrome du Kitchassa. Ulvan Thorim avait été averti de son arrivée et était présent afin de l'accueillir. Zarina, qui avait pris du galon et était à présent à la tête de toute la domesticité de la Citadelle, était à ses côtés.

Le Comte Richèse avait été relevé de ses fonctions et le Baron Van Dorrenn allait le remplacer. Depuis le début du mois, ç'avait été un ballet incessant d'aéronefs, certains partant pour Saguenay, d'autres arrivant du Dorbasse. Le Baron tenait à son petit confort et il avait fait amener ses effets personnels, sa garde-robe (qui était très fournie) et même une partie de son mobilier.

Wladimir sortit de l'appareil et presque aussitôt, il éternua bruyamment.



Wladimir van Dorrenn : Non, ne me dites pas que je vais m'enrhumer dès mon premier jour !

Weyland Yueh : Je vous recommanderais de rapidement vous mettre au chaud, Mon Seigneur.

Wladimir van Dorrenn (sarcastique) : Merci, mon cher docteur Yueh, vous n'avez pas votre pareil pour me dire des évidences ou des choses que je sais déjà !

Ulvan Thorim : Mon Seigneur, ravi de vous accueillir au Kitchassa. Je suis Ulvan Thorim, je dirige le poste avancé de la Citadelle. Sa Majesté le Prince-Padishah m'a chargé de...

Wladimir van Dorrenn : Oui, c'est ça, c'est ça ! Dépêchons-nous, je ne pourrais pas rester une seconde de plus dans ce froid ! Même des dahus n'y survivraient pas !

Piter de Vries : Il n'y a pas de dahus au Kitchassa, Ô, Mon Seigneur Baron.

Wladimir van Dorrenn : C'est ce que je viens de dire, Ô, imbécile, il n'y en a pas parce qu'ils ne survivraient pas ! Allez, c'est quoi votre nom, déjà ? Thorim ! Amenez-nous à la Citadelle, au plus vite !


Pendant que le Baron et toute sa suite montaient à bord du véhicule, Thorim soupira. Zarina se tourna vers lui en souriant.


Zarina : Eh bien, Ulvan ! Je te l'avais bien dit que ce Comte Richèse était un homme bien ! Je suis sûr que tu le regrettes déjà !

Ulvan Thorim : En effet, Zarina, c'était un hors-monde, mais j'avais fini par l'apprécier. Et j'ai l'impression que ce gras du bide va nous en faire voir de toutes les couleurs !


Ulvan Thorim avait vu juste, mais il était bien loin de s'imaginer tous les bouleversements que l'arrivée des Van Dorrenn allait apporter au Kitchassa...
avatar
Paul Pathyne

Messages : 1922
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum