Dans les appartements privés de Faÿkan Pathyne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans les appartements privés de Faÿkan Pathyne

Message  Paul Pathyne le Jeu 5 Jan 2017 - 16:37

Hasimir Ferhig et Faÿkan Pathyne étaient frères de lait. Ils étaient tous les deux nés à quelques semaines d'intervalle et Faÿkan avait eu pour nourrice Yolanda, la mère d'Hasimir. Ils avaient grandi ensemble et bientôt, ils étaient devenus des amis inséparables.

Comme ils avaient l'habitude de le faire depuis leur plus tendre enfance, les deux amis passaient de temps à autre leur après-midi à jouer aux échecs mézènes.

Chose curieuse, alors qu'il excellait dans ce jeu, Faÿkan venait de perdre sa deuxième partie.



Hasimir Ferhig : Eh bien, hmmm... Sire, tu sembles distrait, en ce moment. En temps normal, j'ai plus de difficultés à te battre, mais là, hmmm... tu n'es pas assez concentré. Quelque chose te tracasse ?

Faÿkan Pathyne : Ah, Hasimir, tu sauras toujours lire en moi comme dans un livre ouvert. Je repensais au bal de fin d'année chez les Atrèdes et à un incident qui s'y est produit.

Hasimir Ferhig : Oh, tu m'intrigues, tout à coup, hmmm... Dis-m'en plus !

Faÿkan Pathyne : Incident est peut-être un bien grand mot. Eh bien, tout d'abord le Duc Féodor m'a fort bien accueilli et m'a présenté à son fils Léto. Je ne l'avais jamais rencontré, bien que par ma mère, nous soyons cousins. Nous avons ensuite été rejoints par Kailea Vernius, la fille du Comte Dominic. Et celle-ci a cherché à me séduire pendant toute la soirée. Elle m'a proposé de l'inviter à danser, ce que j'ai fait, bien entendu. Et elle n'a pas cessé de me faire ses yeux de biche.

Hasimir Ferhig : Et as-tu cédé à ces avances ? T'a-t-elle entrainé dans... hmmm... quelque coin sombre du château ? Tu m'intrigues de plus en plus, Ta Majesté !

Faÿkan Pathyne : Je t'avoue que j'ignore si j'aurais été capable de refuser de la suivre, si elle avait eu l'audace de me proposer une telle chose. Mais cela ne s'est pas passé ainsi et ce n'est pas ça qui m'a le plus troublé.

Tout d'abord, j'ai remarqué que son père ne nous quittait pas des yeux, il semblait nerveux, je dirais même, inquiet. Ensuite, après avoir dansé, j'ai demandé à Kailea si je pouvais lui apporter un verre et elle a accepté. A peine avais-je eu le temps de lui ramener son verre qu'elle avait disparu, ainsi que son père et son frère Rhombur. J'ai demandé au Duc Féodor s'ils avaient donné une raison à leur départ précipité, mais il m'a répondu que le Comte Dominic avait soudainement décidé de prendre congé. Lui-même en avait été d'ailleurs surpris.

Hasimir Ferhig : C'est vrai que c'est assez étrange de partir ainsi, n'est-ce pas ? Peut-être le Comte Dominic avait une affaire urgente à régler.

Faÿkan Pathyne : Je crois au contraire qu'il est parti uniquement parce qu'il ne souhaitait pas que sa fille soit trop proche de moi. Il y a un différend entre mon père et lui, tu le sais, l'une des concubines de mon père a quitté le Harem et a plus tard épousé Dominic.

Hasimir Ferhig : Bah, n'y pense plus ! Tu peux avoir toutes les femmes du royaume alors pourquoi te focaliser sur celle-là !

Faÿkan Pathyne : Tu sais, Hasimir, ce sont justement celles que l'on ne peut pas avoir qui nous attirent le plus !
avatar
Paul Pathyne

Messages : 1410
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les appartements privés de Faÿkan Pathyne

Message  Paul Pathyne le Ven 13 Jan 2017 - 14:00

Hasimir Ferhig : Hmmm, encore perdu ! Décidément, mon Prince, aujourd'hui tu te surpasses ! Dis-moi, tu t'es entrainé depuis la dernière fois, noooooon ?


Faÿkan et son vieil ami Hasimir passaient encore leur après-midi à jouer aux échecs mézènes. Et contrairement à la fois précédente, le prince-héritier avait enchainé les victoires.


Faÿkan Pathyne : Disons plutôt que je suis un peu plus concentré sur mon jeu. Mais dis-moi, tu m'avais dit qu'il y avait une chose importante dont tu voulais me parler. De quoi s'agit-il ?

Hasimir Ferhig : Eh bien, Sire, disons que récemment hmmm... j'ai reçu la visite d'un scientifique et ce qu'il m'a dit m'a beaucoup intéressé. Et hmmm... je ne doute pas que toi aussi, tu trouveras tout cela intéressant.

Faÿkan Pathyne : Un scientifique ? Tu m'inquiètes, Hasimir. Tu sais que depuis l'Éveil d'Arès, les scientifiques sont un peu considérés comme des pestiférés, à Mézénas. Alors certes, on apprécie leur viande de lochon, génétiquement modifiée, mais on évite leur compagnie.

Hasimir Ferhig : Oui, mon Prince, tu as raison, mais... hmmm... ce que cet homme m'a dit mérite qu'on s'y attarde, je te promets.

Faÿkan Pathyne : Bon, alors vas-y, que t'a-t-il raconté qui mérite tant qu'on s'y attarde ?

Hasimir Ferhig : Eh bien, sa spécialité c'est la géologie, et il a découvert il y a peu que la savonite du Kitchassa possédait des... hmmm, comment dire... des caractéristiques uniques.

Faÿkan Pathyne : Lesquelles ?

Hasimir Ferhig : Dernièrement, il s'est rendu au Kitchassa. Il a observé les populations locales, les Snomen, les hommes des neiges. Il a constaté que leur espérance de vie était supérieure à la nôtre, ils peuvent vivre jusqu'à 120, voire 140 ans. On lui a même raconté l'histoire d'un Snomen qui avait vécu presque deux siècles !

Il ignore si les Snomen en sont conscients ou pas, mais au Kitchassa, la savonite est partout. Elle est présente sous la forme d'une certaine molécule contenue dans la savonite et qui se répand dans l'air mais aussi dans le sol et dans la nourriture.

Faÿkan Pathyne : J'ai vraiment du mal à y croire !

Hasimir Ferhig : Bon, je t'avoue que j'ai eu moi aussi quelques difficultés à le croire, au début. Mais il semblait réellement convaincu. Lorsqu'il était au Kitchassa, il a déjà mené quelques expériences et selon lui, il lui suffirait d'un petit coup de pouce pour pouvoir atteindre son but : créer une drogue de synthèse, à partir de la savonite.

Faÿkan Pathyne : Un petit coup de pouce, tu dis ? Tiens, tiens, comme par hasard !

Hasimir Ferhig : En fait, hmmm... oui, mon Prince. Il souhaiterait qu'on lui arrange une rencontre avec ton père. Il voudrait retourner au Kitchassa mais cette fois, hmmm... il souhaiterait qu'on mette un laboratoire à sa disposition. Faÿkan, il aurait très bien pu aller en parler à une autre Maison du Landsraad, mais c'est à nous qu'il est venu s'adresser ! Tous les bénéfices seront pour nous... enfin, je veux dire... pour ton père et donc, pour toi.

Faÿkan Pathyne : Bon, ça ne coûte rien d'essayer. Mon père reçoit les doléances demain, comme il le fait une ou deux fois dans le mois. Dis à ton scientifique qu'il sera entendu demain et qu'il sera en bonne place. Mais nous devrons convaincre mon père ! Au fait, comment s'appelle-t-il ?

Hasimir Ferhig : Scytale, mon Prince. Darwi Scytale.
avatar
Paul Pathyne

Messages : 1410
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les appartements privés de Faÿkan Pathyne

Message  Paul Pathyne le Lun 30 Jan 2017 - 18:16

L'après-midi s'écoulait lentement pour le Prince-héritier. Il avait passé une bonne partie de la journée à se distraire avec ses concubines et à présent, il s'offrait une partie d'échecs mézènes avec son ami Hasimir Ferhig.


Hasimir Fehrig : Échec et mat, Ta Majesté !

Faÿkan Pathyne : Va au diable, Hasimir ! Je n'ai pas la tête au jeu, aujourd'hui ! Mais dis-moi, quand je serai Prince-Padishah, me laisseras-tu gagner ?

Hasimir Fehrig : Quand tu seras Prince-Padishah... Hmmm, pardonne-moi, mais cela n'est pas prêt de se produire. Ton père est encore en parfaite santé et je peux même te dire qu'il y a quelques jours, il a honoré notre Ministre des Affaires étrangères, la délicieuse Suzanne Destier. C'est une force de la nature et à voir les quantités de vin pétillant de Cardolane qu'il s'enfile, je me dis qu'il pourrait bien nous enterrer, toi et moi.

Faÿkan Pathyne : Alors pourquoi en parler ? (Il prit l'une des pièces et joua avec, à l'évidence, il voulait prendre sa revanche). J'ai ce qu'il me faut ici.

Hasimir Fehrig : Tu préfères jouer jusqu'à tes vieux jours ? Je pensais que tu avais un autre but dans la vie, mon Prince. Tu as un destin, nooon ?

Faÿkan Pathyne : Et bien entendu, si je n'accomplis pas mon destin, il ne te reste rien !

Hasimir Fehrig : Je saurai m'en sortir, merci.


Ferhig était un ambitieux. Depuis sa plus tendre enfance, il était resté dans l'ombre de son ami. Sa mère voulait qu'il ait un grand destin et il savait que si un jour Faÿkan montait sur le trône - d'abord celui du Duché de Mézénas, à présent celui de souverain des États Fédérés - il finirait bien par en obtenir quelque avantage. Mais aujourd'hui, il était découragé par l'attitude de son ami. Pourtant, il y a une quinzaine d'années, ils avaient comploté tous les deux afin d'empoisonner Fafnir, le frère ainé de Faÿkan.


Faÿkan Pathyne : Tu n'es qu'un salaud ! Allez, une autre partie.

Hasimir Fehrig : Je suis peut-être un salaud, mais je vois bien ce qui se passe, je vois bien les cafouillages de ton père ! S'il menait une entreprise comme il mène les affaires des États Fédérés, elle serait très vite en faillite ! D'abord il y a eu cet attentat à Kaïtaïn, qu'il a monté de toutes pièces, tout ça pour mettre la main sur Peyranne et pour interdire le merksisme-luninisme. Et puis, le plus grave, hier, il a tenté d'assassiner Tarque, qui est certes une ordure, mais qui détient une arme de destruction massive ! Comment Tarque réagirait-il s'il apprenait que le coup venait de Mézénas, hmmm ? Et qu'est-ce que ton père va inventer la prochaine fois, qui mette une fois de plus notre pays en péril ?

Faÿkan Pathyne : Hasimir, tu me fatigues, où veux-tu en venir ?

Hasimir Fehrig : Je dis qu'entre les cafouillages de ton père et sa santé ainsi que son espérance de vie, tu as un sérieux problème, mon ami... à moins que tu ne m'écoutes.

Faÿkan Pathyne : Ah oui, encore des idées puisées dans le Manuel des Assassins, les mille et une façons de tuer par le poison !

Hasimir Fehrig : Les gens timorés n'auront jamais droit qu'à des tâches timorées. Mais toi et moi, mon Prince, nous pouvons avoir plus, tellement plus. Pense un peu à tous les avantages que tu auras à être sur le trône. Et puis, qu'est-ce que tu as contre les poisons ? C'est efficace et élégant, ça ne cause aucune dommage collatéral, ça ne provoque aucune destruction de biens. C'est propre et net.


Faÿkan regarda le plafond, à la recherche d'un éventuel dispositif espion. Mais il savait qu'Hasimir avait inspecté toute la pièce, il n'y avait aucun risque que la conversation puisse être écoutée.


Faÿkan Pathyne : Et quel poison choisirais-tu ? Simple hypothèse, évidemment.

Hasimir Fehrig : Hmmm... un poison lent ? Comme ça, ton père paraîtra dépérir lentement. Ça ne sera pas surprenant, vu son âge avancé. Mais fais-moi confiance, tu n'as pas à te soucier de pareils détails, je suis ton exécuteur, ne l'oublie pas.

Faÿkan Pathyne : Un poison lent, dis-tu. Et combien de temps cela prendrait-il ?

Hasimir Fehrig : Entre six et huit mois, peut-être un an, mais pas plus. Assez longtemps pour que son décès paraisse naturel.

Faÿkan Pathyne : Au moins six mois. (il lève le menton, prenant une attitude royale) Cela me laisse donc le temps de me préparer à mes lourdes responsabilités. Mais comprends bien ceci, Hasimir : je ne tolère une pareille traitrise que pour le bien des États Fédérés, pour en finir avec les calamités dont mon père est coutumier.

Hasimir Fehrig : Bien entendu, mon Prince.
avatar
Paul Pathyne

Messages : 1410
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les appartements privés de Faÿkan Pathyne

Message  Paul Pathyne le Mar 23 Mai 2017 - 16:07




Marie-Hélène de Palandier : Dis donc, petit lochon, on dirait bien que je t'ai niqué !

Faÿkan Pathyne : Je vous en prie, ma tante ! Vous savez bien que je n'aime pas que vous m'appeliez ainsi ! Et puis de grâce, abandonnez ce langage de poissonnière quand vous êtes à la Cour !


Depuis que son ami Hasimir Ferhig avait rejoint le Ministère des Affaires étrangères, Faÿkan et lui passaient moins d'après-midis ensemble. Et aujourd'hui que sa tante Marie-Hélène était à Kaïtaïn, il en avait profité pour lui proposer une partie d'échecs mézènes. Mais sa tante était bien plus forte que lui à ce jeu.

Elle l'avait appelé "petit lochon", un surnom qu'elle lui avait trouvé quand il n'avait que 9 ans. Et le surnom lui était resté, ce que Faÿkan n'appréciait guère, d'ailleurs.



Marie-Hélène de Palandier : Ho ho, c'est bon, Faÿkan, pas de ça avec moi ! Je t'ai tenu dans mes bras et je t'ai torché le cul quand tu avais 3 mois, alors tu vas pas m'emmerder avec ces manières ! Je m'en tape qu'on soit à la Cour, je te causerai comme j'ai envie de te causer et c'est tout !

Faÿkan Pathyne (en soupirant) :  Vous êtes irrécupérable !

Marie-Hélène de Palandier : Possible. Mais moi au moins je te dirai toujours ce que je pense ! Bon, alors, c'est tout ce que tu racontes ?

Faÿkan Pathyne : Que voudriez-vous savoir ?

Marie-Hélène de Palandier : Je ne sais pas, moi. Par exemple, tu auras bientôt 27 ans, tu as prévu de te marier bientôt ? Le peuple aime les grandes cérémonies de mariage, les belles histoires d'amour !

Faÿkan Pathyne : La comédie de l'amour, vous voulez dire ! Un mariage d'amour, ça n'est pas pour moi ! Et puis j'ai mes concubines pour passer du bon temps, alors le mariage n'est pas ma priorité !

Marie-Hélène de Palandier : De toutes façons, tôt ou tard les Bene Tesserite viendront te proposer d'épouser l'une des leurs !

Faÿkan Pathyne : Oui, c'est ainsi que ça se passe, en général. Ces sorcières évoluent toujours dans l'ombre du pouvoir.

Marie-Hélène de Palandier : Tu les appelles encore des sorcières ? Ta mère et ta soeur sont des Bene Tesserite, pourtant.

Faÿkan Pathyne : Oui, mais elles, c'est différent !

Marie-Hélène de Palandier : Je réfléchissais à un truc, l'autre jour. As-tu déjà pensé au nom que tu prendrais en montant sur le trône ?

Faÿkan Pathyne : Voilà une bien étrange question !

Marie-Hélène de Palandier : Tous les futurs monarques y pensent, bien avant d'être couronnés ! Ton père n'a jamais voulu changer de nom, mais toi, comment voudrais-tu que l'on se souvienne de toi ? J'avais pensé à Fondil.

Faÿkan Pathyne : Comme mon ancêtre qui régna jadis sur le Duché de Mézénas ?

Marie-Hélène de Palandier : Oui, on le surnommait le Chasseur, et j'ai pensé que ça t'irait bien !

Faÿkan Pathyne : Fondil était une pédale ! (il rougit) Voyez ce que vous avez fait, à présent je parle comme vous ! Enfin bref, Fondil s'est fait assassiner par l'un de ces amants !

Marie-Hélène de Palandier : C'est ce qui se raconte, en effet, mais on n'en a jamais eu la preuve. Mais Fondil était surtout un homme cultivé, un mécène apprécié des artistes.

Faÿkan Pathyne : Pfff, l'art ne m'a jamais intéressé et cela m'étonne qu'il trouve quelque grâce à vos yeux. Je suis comme mon père, au fond de moi je suis un guerrier, un conquérant !

Marie-Hélène de Palandier : Aujourd'hui, les guerriers ne font plus recette ! Et les vrais conquérants sont dans les affaires.

Faÿkan Pathyne : Peu m'importe, une fois que je serai sur le trône, je prendrai le nom de Shaddam, comme mon ancêtre qui vainquit les invasions barbares. (il prend alors un air très hautain, impérial) Voilà, c'est décidé. Je serai Shaddam IV.

Marie-Hélène de Palandier (en éclatant de rire) : Ajoute Empereur de l'Univers Connu, pendant que tu y es ! Par Saint Sevan, on dirait vraiment que tu t'y crois déjà !

Faÿkan Pathyne : Le plus tard possible, ma tante, le plus tard possible. Je ne souhaite pas la mort de mon père.

Marie-Hélène de Palandier : J'espère bien !



"Comme il me tarde de monter sur le trône ! Avec moi Mézénas sera plus puissante que jamais !", songea le jeune prince...
avatar
Paul Pathyne

Messages : 1410
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les appartements privés de Faÿkan Pathyne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum