La Citadelle

Aller en bas

La Citadelle

Message  Paul Pathyne le Lun 9 Jan 2017 - 12:15




La Citadelle était un bâtiment à trois étages qui avait été construit du temps de la République. C'était la résidence principale du Comte Alban Richèse depuis qu'il avait été nommé à la tête du fief-siridar du Kitchassa.

A l'intérieur, la garde personnelle du Comte ainsi qu'une petite armée - guère plus de deux-cents hommes - s'y étaient installés. Dans différentes salles, les fonctionnaires du Conglomérat Minier qui avaient été détachés au Kitchassa surveillaient de près l'exploitation de la savonite.

Peu de temps après son arrivée, le Comte Alban avait tenu à inspecter lui-même les lieux d'extraction de la savonite. Il prenait sa nomination très au sérieux. Richèse n'était qu'une Maison Mineure, mais si le Comte remplissait bien la mission que lui avait confiée le Prince-Padishah, le statut de la Maison pouvait évoluer. Et les bénéfices issus de l'exploitation du Kitchassa étaient assez confortables.


Hélas, tous ces beaux projets allaient bientôt être remis en question...
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2103
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Citadelle

Message  Paul Pathyne le Mer 11 Jan 2017 - 11:28




Le Comte Richèse avait appris qu'un incident avait eu lieu à la mine de savonite. Fort heureusement, il n'y avait que des blessés légers qui se remettraient assez vite.

Mais le plus grave était la lourde perte financière que cela allait entrainer.

Les experts avaient calculé que l'incident provoquerait une perte de plus de 6000 M$, cela représentait près du tiers du chiffre d'affaire mensuel ! Il fallait ajouter à cela le matériel détruit lors de l'incident. Les engins d'extraction étaient relativement coûteux et cela diminuerait encore les bénéfices de ce mois-ci.


Très vite, le Comte avait eu des soupçons et deux mentats de la Maison Richèse s'étaient penchés sur la question afin de déterminer la cause de l'incident. La plupart des mineurs qui travaillaient pour lui étaient des professionnels, qui connaissaient parfaitement leur travail, il était inconcevable qu'un d'entre eux avait pu commettre une erreur dans les réglages du brûle-pierre. La computation des mentats les amena à une seule conclusion logique : c'était un sabotage !

La Maison Richèse ne se connaissait pas d'ennemis, le Comte était lié à plusieurs autres Grandes Maisons : sa fille Héléna avait épousé le Duc Atrèdes, il était de plus un vieil ami d'Armand Écaz et avait d'excellents rapports avec sa fille Amandine. Rien à signaler du côté de Dominic Vernius, dont l'entreprise Pronix avait mis au point le brûle-pierre. Peut-être était-ce un acte de malveillance de la Maison Moritani, ou même les Van Dorrenn.


Quoi qu'il en soit, il fit doubler les équipes de sécurité autour des mines afin que l'incident ne se reproduise pas. Si celui qui avait saboté le brûle-pierre avait l'intention de renouveler son méfait, il devait être pris.

En le soumettant à la question, il serait possible de lui soutirer le nom de son commanditaire...
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2103
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Citadelle

Message  Paul Pathyne le Ven 17 Fév 2017 - 16:04

Le Comte Richèse était plongé dans différents rapports quand le commandant de sa garde rapprochée entra. Il semblait perturbé, alors que d'ordinaire, c'était un garçon solide que rien ne pouvait émouvoir.


Comte Alban Richèse : Qu'y a-t-il, Procyus ? Ne me dites pas qu'un autre incident a eu lieu !

Commandant Procyus : Mon Seigneur, nous venons de recevoir un message du Palais Princier. Le Prince-Padishah sera là lundi.

Comte Alban Richèse : Le Prince-Padishah, ici, à Carthag ?

Commandant Procyus : Oui, Mon Seigneur.


Le Comte reçut la nouvelle comme un coup de massue et de nombreuses suppositions se bousculèrent dans sa tête. Le Prince-Padishah sortait rarement du Palais de Kaïtaïn. Pour quelles raisons avait-il décidé de venir au Kitchassa ? Envisageait-il déjà de le relever de ses fonctions ? Pourtant, malgré l'incident dans l'une des mines, l'extraction avait repris et les chiffres étaient loin d'être mauvais.


Comte Alban Richèse : Commandant, je veux que tout soit prêt pour recevoir Sa Majesté, cette visite doit se dérouler dans les meilleures conditions. Que les hommes veillent à leur tenue, elle doit être impeccable. En sortant, demandez à Zarina de venir me voir, elle veillera à ce que tout soit rangé et nettoyé dans la Citadelle.

Commandant Procyus : A vos ordres, Altesse !

Comte Alban Richèse (alors que le commandant s'apprêtait à prendre congé) : Ah, autre chose, Commandant. Prévenez les chefs des équipes de mineurs, qu'ils se tiennent prêts pour lundi. Même si j'ignore si Sa Majesté souhaitera se rendre dans une mine de savonite, nous devons nous attendre à tout !

Commandant Procyus : Très bien, Mon Seigneur !
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2103
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Citadelle

Message  Paul Pathyne le Jeu 13 Avr 2017 - 21:30

Le Comte Alban venait d'effectuer son inspection hebdomadaire. Il veillait à constamment garder ses hommes en alerte, même si aucun danger, hormis les tempêtes de neige, ne semblait menacer la Citadelle. Il n'y avait pas eu d'autre incident depuis qu'un brûle-pierre avait entièrement embrasé un filon de savonite, 3 mois auparavant. Rien ne semblait menacer l'exploitation du précieux minerai. Tout allait pour le mieux.

La veille, le khamsin avait soufflé dès le lever du soleil, jusqu'à tard dans la nuit. Et puis soudain, les vents s'étaient calmés, comme si quelqu'un avait appuyé sur un interrupteur. Le soleil avait brillé pendant toute la journée et aucun nuage n'avait assombri le ciel.

Depuis qu'il s'était levé à l'aube, le Comte n'était pas tranquille. Le matin, Zarina, la Snomen, ne lui avait pas apporté son petit-déjeuner dans ses appartements comme elle avait pris l'habitude de le faire. Et il ne l'avait pas vue de la journée. Pas plus qu'Esmar, d'ailleurs, un autre Snomen qui travaillait à la Citadelle. En fait, il lui semblait que tous les Snomen s'étaient volatilisés !

Il avait contacté Ulvan Thorim, le commandant du poste avancé de la Citadelle, c'était toujours vers lui qu'il se tournait en pareille situation. Thorim était né au Kitchassa, personne ne connaissait les Snomen mieux que lui. Celui-ci dissipa très rapidement le mystère : les Snomen s'étaient tous rendus au Conseil des Tribus, une réunion de toutes les tribus, qui avaient lieu deux fois dans l'année. Le Conseil durerait probablement entre 3 et 4 jours.


Cela faisait plus de 4 mois que le Comte Alban était au Kitchassa. Mais encore aujourd'hui, cette région était toujours en mesure de le surprendre...
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2103
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Citadelle

Message  Paul Pathyne le Ven 28 Avr 2017 - 13:38

Une violente explosion se fit entendre, venant de l'extérieur. Cela fit sursauter le Comte Alban Richèse qui s'était assoupi à son bureau.

Le Commandant Procyus fit son entrée, sans prendre la peine de frapper. Il paraissait bouleversé, pourtant il n'était pas homme à se laisser facilement émouvoir.



Comte Alban Richèse : Que se passe-t-il, Commandant ?

Commandant Procyus : L'entrepôt où la savonite est stockée... il a explosé ! Mon Seigneur, on pense à un accident, mais l'hypothèse de l'attentat n'est pas exclue !

Comte Alban Richèse : Par Saint-Sevan ! Et les réserves de savonite ?

Commandant Procyus : Mon Seigneur, je crains que les 230 unités de savonite ne soient entièrement détruites ! L'incendie qui s'est déclenché est phénoménal ! On déplore également la mort de 17 mineurs !

Comte Alban Richèse : C'est effroyable ! Bien entendu, la mort de ces hommes est un drame, mais cela représente aussi... (il fit un rapide calcul) plus de 25,000 M$ de dégâts ! Il est impossible de dissimuler une telle perte !

Commandant Procyus : Ce ne peut être qu'un attentat, Mon Seigneur, la savonite ne peut pas s'enflammer toute seule et les mineurs connaissent leur métier !

Comte Alban Richèse : Doubler la sécurité après l'incident de la mine sud n'aura donc servi à rien ! Je veux que l'on retrouve le coupable ! Vous mènerez l'enquête, Procyus !

Commandant Procyus : A vos ordres, Mon Seigneur !


L'officier sortit aussitôt du bureau.

"La Maison Richèse va se voir retirer le fief-siridar du Kitchassa après ce drame !", pensa le Comte. "Je suis un homme perdu !"
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2103
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Citadelle

Message  Paul Pathyne le Ven 8 Sep 2017 - 17:14

"Qu'il soit porté à la connaissance de tous que Sa Majesté Très Sacrée, le Prince-Padishah Paul Pathyne, avec l'accord des Grandes Maisons du Landsraad, a désigné la Maison Van Dorrenn pour gérer et administrer en son nom la province du Kitchassa".

L'affiche, ornée du Griffon de la Maison Van Dorrenn et des couleurs du Prince-Padishah et du Landsraad, avait été diffusée à de très nombreux exemplaires. Elle ornait désormais les murs de la ville de Carthag, de sorte que personne ne pouvait l'ignorer.



Depuis maintenant 3 mois, la Maison Van Dorrenn avait succédé à la Maison Richèse. Très vite, les Snomen comprirent que le Baron Vladimir était hermétique aux compromis et à toutes formes de conciliation. Pour lui, rien ne comptait plus que l'exploitation de la savonite. Les cadences à la mine étaient infernales. Il y avait eu quelques protestations, des mineurs s'étaient même mis en grève. Mais le Baron avait dès le départ voulu montrer son intransigeance. Les meneurs de la grève qui avaient demandé à rencontrer le Baron avaient été rapidement reçus. Puis ils avaient été exécutés et leur corps avait été suspendu à des poteaux. Le message était clair et après cela, plus aucun mineur n'envisagea de se mettre en grève.


Les Snomen n'avaient jamais reconnu l'autorité des Mézènes sur le Kitchassa et encore moins celle des Van Dorrenn, c'était leur territoire et ceux qui y pénétraient n'étaient rien de plus que des intrus.

Ils comptaient bien le faire comprendre au Baron Vladimir. Par tous les moyens...
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2103
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Citadelle

Message  Paul Pathyne le Sam 4 Nov 2017 - 21:33

Le Baron Wladimir avait toujours espéré recevoir un jour le Kitchassa en fief-siridar et lorsque cela était enfin arrivé, il avait été comblé. Comme il l'espérait, les mines de savonite lui assuraient des revenus conséquents qui venaient s'ajouter à ceux de ses autres entreprises. La fortune des Van Dorrenn ne cessait de s'accroître.

Cependant, il appréciait de moins en moins la vie qu'il menait à Carthag, la capitale du Kitchassa. Certes, il vivait dans un grand confort, derrière les murs de la Citadelle, mais le climat ne lui convenait pas. Même en plein jour, il n'était pas rare que les températures soient négatives.

Les Snomen lui avaient continuellement mené la vie dure. Des hommes se rendant à la mine disparaissaient sans qu'on retrouve leurs traces. Le matériel tombait en panne et même si l'on mettait cela sur le compte des mauvaises conditions climatiques, le Baron était persuadé que c'était un sabotage. Une fois, un petit groupe de Snomen avaient carrément pris d'assaut un convoi qui ramenait une cargaison de savonite à la Citadelle. Les hommes avaient été massacrés et la savonite avait été volée.

Et puis, le Dorbasse lui manquait. Depuis son palais, à Baronnia, le matin il aimait regarder par la fenêtre les fumées noires et épaisses qui s'échappaient de ses usines. Ici, au Kitchassa, tout était désespérément blanc, lisse et froid.


Alors qu'il prenait son repas, Wladimir demanda qu'on fasse venir son neveu, Rabban. Ce dernier revenait d'une expédition punitive dans un village Snomen.



Wladimir van Dorrenn : Rabban, alors, j'espère que tu as pris du bon temps à massacrer ces sauvages !

Rabban van Dorrenn : Oh oui, mon oncle ! Mais ils braillent comme de vrais pourceaux quand on les égorge ! Et leurs femmes ne sont guère mieux ! C'est pour leur faire payer la savonite qu'ils nous ont volée et j'avoue que j'ai apprécié cette petite vengeance !

Wladimir van Dorrenn : Très bien, très bien, il est bon que tu prennes un peu de distraction, de temps en temps. Mais assieds-toi, nous devons parler. Je vais bientôt partir pour Baronnia, disons que des affaires urgentes m'attendent là-bas qui réclament toute mon attention. Et je te charge de me remplacer ici !

Rabban van Dorrenn : Mon oncle, je suis flatté de la confiance que vous me témoignez ! Je ne vous décevrai pas !

Wladimir van Dorrenn : Je l'espère ! Tu sais combien l'exploitation de la savonite est importante pour Mézénas mais surtout pour notre Maison. Je veux que tu fasses de ton mieux et même, un peu plus ! Piter restera avec toi.

Piter de Vries : Mon Seigneur, je suis votre Mentat, j'aurais pensé que ma présence à vos côtés aurait pu être nécessaire.

Wladimir van Dorrenn : Piter, ta présence au Kitchassa est bien plus importante. Tu seras là pour conseiller Rabban et tu me feras des rapports réguliers. Bien, je pourrai donc partir demain matin ! Je sais que le Kitchassa est entre de bonnes mains !


Piter soupira. La perspective de rester ici, au Kitchassa, ne l'enchantait guère. Mais ce qu'il détestait encore plus, c'est de savoir que Rabban s'occuperait de l'exploitation de la savonite !

"Qu'est-ce qu'il va bien pouvoir nous inventer ?", songea le Mentat. "Ce gros lourd n'est qu'un incompétent et un incapable ! Mais pourquoi le Baron ne le voit-il pas ? Aurait-il un plan en tête ?"
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2103
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Citadelle

Message  Paul Pathyne le Ven 24 Nov 2017 - 16:21

Piter de Vries était un mentat, une sorte d'ordinateur humain. A la suite de l'Éveil d'Arès qui avait amené les événements tragiques que tout le monde connait, les Mézènes avaient banni à tout jamais l'intelligence artificielle et tout ce qui se rapprochait de près ou de loin à un ordinateur.

Les capacités intellectuelles d'un mentat sont bien supérieures à celles d'un humain normal, son cerveau peut traiter un grand nombre d'informations simultanément et il peut faire des calculs à une vitesse prodigieuse. Pour accroitre ses capacités, le mentat a recours à la sémuta mais aussi à l'Élixir de Sapho, deux psychotropes qui décuplent sa puissance de déduction et de logique. Certains mentats sont même parvenus à voir l'avenir, mais cela est très rare et nombreux étaient ceux qui avaient échoué.

Mais pour en revenir à Piter, c'était plus exactement un "mentat tordu", c'est-à-dire qu'il n'avait aucune morale, aucun scrupule et il n'éprouvait aucun remord ni aucune culpabilité lorsqu'il ôtait la vie. Un psychiatre qui l'aurait étudié l'aurait sans doute qualifié de psychopathe.


Alors que Rabban était parti pour une inspection des mines de savonite, Piter s'isola dans ses appartements. Il avait récemment fait l'acquisition de nouveaux psychotropes et il avait envie de les essayer. Il s'était mis en tête de voir l'avenir et pour y parvenir, depuis quelque temps déjà il avait tenté de repousser ses capacités le plus loin possible en s'aidant de diverses drogues. Il en avait de grandes quantités qu'il conservait, bien à l'abri des regards indiscrets.

Un nouveau produit venait d'arriver sur le marché, l'homme de Carthag qui lui avait vendu avait dit qu'elle portait plusieurs noms, on l'appelait Épice ou bien Mélange. Il promit à Piter qu'il ne serait pas déçu. Aimant plus que tout les nouvelles expériences, Piter en avait acheté.

Il s'assit en tailleur à même le sol, but une gorgée d'Élixir de Sapho et des comprimés de sémuta et commença à faire fonctionner ses petites cellules grises. Il tenta d'interroger l'avenir, chercha à visualiser demain, il se concentra sur le visage de plusieurs personnes, le Prince-Padishah, les nobles du Landsraad, la Chancelière, le nouveau Président pryan, l'ONA... Diverses données affluèrent dans son esprit, mais toutes étaient des données présentes ou passées, aucune image de l'avenir lui arrivait. Il voulait voir l'avenir !

L'Épice se présentait sous forme de bâtonnets. Il en prit un, le mâcha lentement, le produit avait une odeur de cannelle qui ne lui déplaisait pas et la texture était agréable, on aurait dit de la pâte d'amandes... pour le goût, cela lui rappelait le caramel, avec un arrière-goût de chocolat... ou bien était-ce... ou bien... Soudain, il sentit comme une vague de chaleur l'envahir, venant de son ventre et remontant jusqu'à son cerveau. Ce fut comme si des dizaines de feux d'artifice étaient tirés dans son crâne ! Un flot incessant d'images sans rapport entre elles affluèrent dans son esprit... Il se voyait enfant, venant au monde, il vit l'exode, le départ de la Francovie, Paul Pathyne montant sur le trône. Dans ses visions, il aperçut le Baron Wladimir van Dorrenn, le jour où il entrait à son service. Tout ceci était le passé, encore le passé ! Il enrageait et il frappa le sol de son poing. Il prit un nouveau bâtonnet d'Épice.

Et là, ce fut une explosion d'images, de sons, de couleurs et de sensations, qui le submergèrent, il avait pris une quantité trop importante de Mélange et il nota quelque part dans son esprit de diminuer la dose la prochaine fois. Dans le même temps, il s'effondra sur le sol, son corps fut saisi de tremblements, un filet de bave coula de sa bouche... Puis tout redevint calme dans son esprit. Les images qu'ils voyaient lui parvenaient à présent comme au ralenti, puis après quelques instants en vitesse normale. Elles ne lui évoquaient aucun souvenir, il vit des endroits dont il ne se souvenait pas, des visages qu'ils ne connaissaient pas, il voyait enfin l'avenir !

Il reconnut un visage, celui de Feyd-Rautha van Dorrenn, le frère de Rabban, et il comprit. C'était donc cela le plan du Baron, faire de Feyd son héritier ! Alors que depuis le début, il avait dit à Rabban que c'est lui qui hériterait du titre, le pauvre imbécile allait être bien déçu !

Il vit un autre visage, celui du Duc Féodor Atrèdes. Les Atrèdes débarquaient ici, au Kitchassa et ils prenaient la place des Van Dorrenn ! Le Faucon Atrède prenait la place du Griffon Van Dorrenn et la bannière noire et verte des Atrèdes flottait tout au sommet de la Citadelle !

Non, cela ne se pouvait pas, pas eux, pas les Atrèdes ! Les ennemis jurés des Van Dorrenn leur volait le Kitchassa, la savonite, la fortune !

D'autres images se déversèrent à nouveau dans son cerveau avec violence, il ne pouvait en expliquer aucune tant elles lui paraissaient confuses. Puis ce fut le calme. Son esprit s'apaisa, il redescendit vers la réalité. Mais il gardait l'image des Atrèdes recevant le Kitchassa en fief-siridar. Ce serait la pire des humiliations pour le Baron !


Il sentit alors qu'on le bousculait du pied.



Rabban van Dorrenn : Piter, pauvre crétin, tu as encore abusé de ces cochonneries ?

Piter de Vries (encore un peu sonné) : Mon Seigneur... Oui, pardonnez-moi, Mon Seigneur, je n'ai que peu de temps à vous accorder. Je dois contacter votre oncle au plus vite !


Puis il partit en courant. "Je dois avertir le Baron ! Cela ne peut pas se produire, cela ne se peut pas." Il avait vu l'avenir, mais il ne savait pas encore s'il devait s'en réjouir ou le regretter...
avatar
Paul Pathyne

Messages : 2103
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Citadelle

Message  Faÿkan Pathyne le Mer 6 Juin 2018 - 15:09

Profitant de la flémingite qui avait plongé le pays dans l'anarchie, les Snomen avaient volé de grandes quantités de savonite. Récemment, un énième transport Van Dorrenn contenant une cargaison de savonite venait d'être attaqué et le précieux minerai avait été dérobé. Le conducteur et l'escorte avaient été retrouvés, égorgés, gisant dans leur propre sang qui colorait la neige d'un rouge sombre.

En général, lorsqu'un tel forfait se produisait, le Baron Wladimir, qui était resté dans le Dorbasse, demandait à son neveu de volontairement exagérer les quantités de savonite perdues dans les rapports qu'il adressait à Kaïtaïn et le surplus était détourné pour être revendu plus tard au marché noir. Mais malgré cela, le Baron attendait de son neveu qu'il fasse payer les Snomen pour ces attaques.

Rabban, qui ne brillait pourtant pas par son intelligence, avait alors eu une idée. Il avait demandé à quelques-uns de ses meilleurs hommes d'aller espionner les Snomen. Il espérait ainsi être en mesure d'exercer des représailles en faisant un maximum de victimes...






Plusieurs semaines après avoir été envoyés auprès des Snomen pour les espionner, les soldats Van Dorrenn revinrent pour faire leur rapport à Rabban. Mais on avait aucune nouvelle d'une partie d'entre eux. On pensa qu'ils avaient été faits prisonniers, ou tout simplement exécutés. Rabban se dit que s'ils avaient été assez stupides pour être découverts, ça ne serait pas une grosse perte.

Dans l'ensemble, les espions ne rapportèrent rien d'intéressant. Un espion avait cependant ramené des informations qui pouvaient s'avérer précieuses. Il s'appelait Kryubi. Il avait suivi Naroush, un leader parmi les Snomen, et deux hommes qui ne le quittaient jamais d'une semelle et qui devaient faire partie de ses proches.



Rabban van Dorrenn : Et tu dis que ces hommes, ce Naroush et les deux autres Snomen, ont descendu des escaliers taillés à même la pierre ?

Kryubi : C'est tout à fait cela, Mon Seigneur. De là où j'étais je n'ai pas bien vu ce qu'ils ont fait ensuite, mais je suis absolument certain que cette grotte dans laquelle ils sont allés recèlent un secret. Quelques minutes après qu'ils sont descendus, j'ai entendu un bruit étrange et je vous promets qu'une sorte d'onde magnétique m'a traversé le corps, de mes pieds jusqu'en haut de ma tête. (1) Puis ils sont remontés, ils sont passés à quelques mètres de moi mais ne m'ont pas aperçu.

Rabban van Dorrenn : Bien, très bien, ce que tu as découvert est extrêmement intéressant. Kryubi, je vais te charger d'une nouvelle mission : avec quelques hommes, nous devons voir ce qu'il y a dans cette grotte mystérieuse et tu nous accompagneras pour nous montrer le chemin.

Kryubi : A vos ordres, Mon Seigneur.

Rabban van Dorrenn : Je ne sais pas ce que nous allons découvrir dans cette grotte, mais quoi que ce soit, ça doit devenir la propriété des Van Dorrenn !




(1)  : pour plus de détails, lire le message ici
avatar
Faÿkan Pathyne

Messages : 188
Date d'inscription : 23/07/2017
Age : 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Citadelle

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum